Afrique: Emigration irrégulière vers l'Espagne - 186 candidats interceptés au large de Mbour

La Covid-19 n'entame en rien la détermination des candidats à l'aventure européenne. La Marine nationale sénégalaise, avec l'aide du Frontex, a mis fin au rêve de 186 personnes de regagner l'Espagne, via l'océan atlantique. Ces migrants clandestins interceptés au large de Mbour, dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 octobre 2020, ont tous été remis à la Gendarmerie et la Police pour les besoins de l'enquête.

La pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) qui dicte sa loi partout dans le monde et dont la deuxième vague inquiète l'Europe, particulièrement l'Espagne, la France, l'Italie, etc. ne décourage en rien les candidats à l'émigration clandestine vers «l'eldorado» européen. Il ne se passe presque pas de mois sans que les Forces de défense et de sécurité n'arraisonnent une ou des embarcations, avec à leur bord des Sénégalais et des ressortissants de pays voisins, en partance pour l'Espagne.

Le dernier coup de filet en date remonte à la nuit du grand Magal de Touba, célébré le mardi 6 octobre dernier. Comme pour tromper la vigilance des agents de sécurité, les convoyeurs de 186 candidats ont choisi la période où toutes les attentions ou presque étaient braquées sur la sécurité des pèlerins en cette période de commémoration du départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, Khadimou Rassoul, fondateur du Mouridisme, pour prendre le large. Mais, c'est sans compter avec la surveillance de la Marine. «Le patrouilleur Anambé de la Marine nationale sénégalaise a intercepté deux pirogues au large de Mbour, dans la nuit du 6 au 7 octobre 2020, avec cent quatre-vingt-six (186) migrants clandestins dont des femmes et des mineurs qui tentaient de se rendre en Espagne», informe un communiqué de la Direction de l'information et des relations publiques des Armées (DIRPA).

Et la source de préciser que «l'interception a eu lieu avec la participation d'une vedette de la Guardia civile espagnole, dans le cadre du dispositif Frontex (Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membre de l'Union européenne (UE). La première pirogue, dénommée El Hadji Ibou Sakho, transportait cinquante-six (56) personnes qui seraient toutes de nationalité sénégalaise. La seconde pirogue, sans matricule, avait cent trente (130) personnes à bord. Certains migrants clandestins seraient de nationalité gambienne», lit-on dans le document.

A en croire la DIRPA, «les deux embarcations et leurs passagers ont été déroutés vers la base navale Amiral Faye Gassama de Dakar où ils ont été pris en charge par une équipe médicale de la Marine nationale ainsi que les services de ma Gendarmerie nationale et de la Police nationale. Les enquêtes pourront déterminer avec précision l'identité des migrants et des commanditaires, leur nationalité et les lieux de départ», conclut le texte.

A La Une: Migrations

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.