Cameroun: Il brûle son père pour la succession à Douala

10 Octobre 2020

Les populations du quartier Lendi lieu-dit chefferie dans le 5é arrondissement de Douala n'en reviennent pas. Elles ont été témoins d'une scène pour le moins surréaliste.

Dans la nuit du mercredi 07 au 08 octobre dernier, le jeune Thomas EYANGO a mis le feu à la maison de son Papa Jean NTESSA. Tout part du décès de sa maman en 2012.

À Partir de cette époque, THOMAS AYANGO est décidé a succéder à son papa pour devenir héritier. Événement imprévu, son papa aujourd'hui âgé de 66 ans prend une autre femme en 2015. Depuis cette date, il voit en l'arrivée de la nouvelle femme de son papa une menace à ses ambitions. Le ton monte, il est très remonté contre son papa et sa nouvelle femme.

Dans la nuit du 07 au 08 octobre il décide de mettre le feu à la maison familiale avec manifestement l'intention de tuer le couple et s'emparer des biens. Ce n'est que grâce à la prompte intervention des voisins que le couple NTESSA sort vivant de l'incendie. Le père est gravement brûlé à la cuisse et aux pieds. Le cas de la femme est plus grave. Elle est profondément brûlée aux pieds. Les deux sont internés au centre médical d'arrondissement de Bonamoussadi.

Thomas EYANGO mis en cause est depuis lors introuvable. Les éléments de la police sont arrivés à la résidence familiale et une enquête a été ouverte.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.