Angola: La Covid-19 pourrait affecter le développement durable

New York — Les graves perturbations dans les sociétés et économies et l'impact dévastateur de la Covid-19 sur la vie des gens rendent plus difficile la réalisation du développement durable, a admis vendredi à New York, la représentante permanente de l'Angola auprès des Nations Unies.

Maria de Jesus Ferreira, qui s'exprimait lors d'une réunion ministérielle en ligne du Mouvement des pays non alignés (NAM, sigle en anglais), a déclaré que la pandémie allait entravera l'éradication de la pauvreté d'ici 2030 et les perspectives de mettre fin à la faim et d'assurer la sécurité alimentaire et une meilleure nutrition.

Pour la diplomate angolaise, «la pandémie, plus qu'une crise sanitaire, est une crise socio-économique, humanitaire, sécuritaire et des droits de l'homme, qui affecte les individus, les familles, les communautés et les sociétés et touche toutes les générations».

"La crise a révélé des vulnérabilités, au sein et entre les nations, pour coordonner une réponse mondiale aux menaces mondiales", selon l'ambassadrice Maria de Jesus Ferreira, qui représentait le ministre des Affaires étrangères, Téte António, lors de la réunion du Mouvement des pays non alignés.

Cette pandémie, a-t-elle admis, a dévoilé la fragilité de la structure sanitaire dans le monde pour répondre à un problème d'une telle ampleur et gravité.

Dans ce contexte, elle a estimé que les perspectives du Mouvement des pays non alignés étaient cruciales, afin de répondre aux aspirations du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et de l'Accord de Paris sur le changement climatique.

Selon angolaise, il est essentiel que tous les pays élaborent un plan stratégique pour sortir de la pandémie de Covid-19, améliorer la coordination à tous les niveaux pour vaincre la pandémie et ramener les activités socio-économiques des pays à un stade normal et stable.

"Combattre cette pandémie est une responsabilité partagée de toutes les nations, gouvernements et mécanismes régionaux et mondiaux", a-t-elle déclaré, soulignant que l'Angola croit en une réponse internationale plus solide et unie et, en ce sens, "les efforts et les initiatives du Mouvement des pays non alignés sont d'une grande importance ".

Par ailleurs, Maria de Jesus Ferreira a déclaré que l'Angola s'opposait à l'imposition de sanctions économiques coercitives unilatérales ou de mesures orientées par un agenda politique et motivé, en violation de la Charte des Nations Unies et du droit international, à savoir les principes de non-intervention, d'autodétermination et d'indépendance des États.

«Nous réaffirmons la pertinence des positions du Mouvement sur le droit à l'autodétermination des peuples sous occupation étrangère et sous domination coloniale ou étrangère», a souligné Maria de Jesus Ferreira, lors de la réunion du Mouvement des pays non alignés, tenue en marge de la 75e session de l'Assemblée générale de ONU.

Lors de la réunion, les NAM ont approuvé une Déclaration politique dans laquelle, entre autres initiatives, réitèrent «le ferme engagement et la pleine adhésion aux principes et dispositions de la Charte des Nations Unies».

Ils réaffirment également la vision, les principes et les objectifs du Mouvement des pays non alignés, articulés à Bandung, en Indonésie (1955) et à Belgrade, en ex-Yougoslavie (1961), et alignés sur la Déclaration sur les «Buts et principes» et le rôle de ce Mouvement dans le contexte international actuel, adopté lors de son 14e Sommet, à La Havane, Cuba (2006).

A La Une: Coronavirus

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.