Madagascar: Le chanteur et compositeur Jaojoby fête ses 50 ans de carrière

Le chanteur, musicien et compositeur malgache Eusèbe Jaojoby fête ses 50 ans de carrière. Surnommé « le Roi du salegy » pour sa maîtrise incontestée de cette musique typique de la Grande Île, il est l'un des artistes les plus populaires de Madagascar. Une musique que ce natif du nord-est a aussi fait vivre à de nombreuses reprises sur les scènes internationales. Dimanche soir, c'est dans son cabaret de la capitale Antananarivo, le Jao's Pub, qu'il a célébré ce demi siècle de carrière.

C'est avec son éternel sourire et son rire communicatif que Jaojoby monte sur la scène de son cabaret. Il y a cinquante ans, jour pour jour, c'est à Diego Suarez, dans l'extrême nord de Madagascar que l'artiste prend le micro lors d'un radio-crochet. Il a alors 15 ans.

« C'était la première fois que je chantais avec un microphone et que j'avais un ensemble orchestral derrière moi. J'étais ébahi et heureux parce que j'avais décroché le premier prix. Dans mon village natal, à la paroisse où j'ai grandi, j'étais déjà monté sur scène mais il n'y avait pas d'électricité alors on chantait à tue-tête, sans micro. Il y avait aussi l'inconnu car cela faisait à peine un mois que j'étais à Diego Suarez pour poursuivre mes études secondaires et tout d'un coup j'étais applaudi. »

Jaojoby combine alors les cours au lycée et les concerts dans des boites de nuit et des bars.

Depuis, il fait danser les foules et chante ses histoires d'amour mais aussi son engagement contre la déforestation, les feux de brousse, la pauvreté ou encore le sida à travers le salegy, un rythme qui l'a bercé depuis l'enfance.

« C'est une musique traditionnelle malgache à mesure rythmique 6/8 qui une fois accompagnée par les instruments modernes : accordéon, guitare électrique ou batterie devient ce que l'on appelle "salegy". Quand j'étais enfant on chantait ces rythmes. On jouait à capella avec les tambours. J'ai grandi avec. Ils sont dans mon subconscient et puis une fois conscient aussi, j'ai l'ambition d'être Malgache donc je joue ma musique parce que les terriens autres que les Malgaches, qu'est-ce qu'ils attendent des musiciens malgaches ? Pas de la country, pas du blues ou du jazz ou du rock mais ils attendent ce qui fait le musicien malgache. Donc c'est pour ça que j'ai choisi le "salegy". Même si on me donne le titre de "roi du salegy", ce n'est pas moi le plus fort. Les plus forts et les plus fortes sont restés sous les feuillages, là-bas, dans la brousse. »

Avec son salegy, Jaojoby a fait rayonner Madagascar sur tous les continents. A 65 ans, il a été élevé hier au grade de commandeur de l'ordre national malgache par la ministre de la Culture.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.