Afrique: Violation des droits de l'homme en Érythrée, au Nicaragua et en Arabie saoudite

communiqué de presse

Strasbourg, France — Jeudi, le Parlement européen a adopté trois résolutions faisant le point sur la situation des droits de l'homme en Érythrée, au Nicaragua et en Arabie saoudite.

Érythrée, notamment le cas de Dawit Isaak

Le Parlement demande que tous les prisonniers d'opinion en Érythrée, notamment le citoyen suédois Dawit Isaak et d'autres journalistes détenus depuis septembre 2001, soient libérés immédiatement et sans condition. Il appelle les autorités du pays à fournir sans délai des informations sur la localisation et l'état de M. Isaak, et à lui permettre de rentrer en contact avec des représentants de l'UE, de ses États membres et de la Suède, afin d'établir ses besoins en matière de santé et toute autre aide nécessaire.

Les députés condamnent également, dans des termes très forts, les violations systématiques, généralisées et flagrantes des droits de l'homme et exhortent le gouvernement érythréen à mettre un terme aux détentions de membres de l'opposition, de journalistes, de leaders religieux et de civils innocents.

Ils appellent en outre l'Union africaine, en tant que partenaire de l'UE explicitement engagé en faveur des valeurs universelles liées à la démocratie et aux droits de l'homme, à renforcer son activité en lien avec la situation regrettable en Érythrée.

Le texte, adopté par 663 voix pour, 19 contre et 13 abstentions, sera disponible ici (08.10.2020).

Loi sur "les agents de l'étranger" au Nicaragua

Les députés condamnent les tentatives d'adoption d'une loi anticonstitutionnelle sur l'encadrement des agents étrangers, d'une loi spéciale sur la cybercriminalité et d'une loi sur les crimes haineux, et appellent l'assemblée nationale du Nicaragua à les rejeter.

Le texte souligne que si elles étaient adoptées, ces lois fourniraient au gouvernement de Daniel Ortega un nouvel outil répressif lui permettant de faire taire non seulement ceux qui le critiquent, mais aussi tout individu ou organisation recevant des fonds de l'étranger. Cela mènerait à une augmentation du nombre de victimes de l'actuelle campagne de répression menée par l'État et intensifierait le climat général d'intimidation et de menace "conduisant à des violations inacceptables des droits de l'homme au Nicaragua", indique la résolution.

Le Parlement demande au Conseil, compte tenu de la persistance de graves abus et de violations des droits de l'homme, d'ajouter rapidement de nouveaux individus et de nouvelles entités à sa liste de sanctions, notamment le Président Daniel Ortega et le vice-président Rosario Murillo, en prenant soin d'éviter toute conséquence négative pour le peuple nicaraguayen. Il appelle également à l'envoi d'une délégation du Parlement au Nicaragua dès que possible, afin de reprendre le suivi de la situation dans le pays, et exhorte les autorités à lui permettre d'entrer et d'accéder sans entrave à tout interlocuteur et à tout lieu.

Le texte, adopté par 609 voix pour, 21 contre et 64 abstentions, sera disponible ici (08.10.2020).

Situation des migrants éthiopiens dans les centres de détention en Arabie saoudite

Le Parlement condamne fermement les mauvais traitements actuellement infligés aux migrants éthiopiens et les violations de leurs droits de l'homme en Arabie saoudite, notamment dans les centres de détention. Depuis avril dernier, selon des rapports de Human Rights Watch, environ 30 000 Ethiopiens, notamment des femmes enceintes et des enfants, sont détenus arbitrairement dans des conditions atroces après avoir été expulsés de force du nord du Yémen par les autorités houthistes.

Les députés exhortent l'Arabie saoudite à libérer immédiatement tous ces détenus, prioritairement les plus vulnérables, notamment les femmes et les enfants. L'Arabie saoudite doit aussi garantir que chaque personne entrant sur son territoire en provenance du Yémen voisin ravagé par la guerre puisse le faire en toute sécurité et soit transférée dans un centre d'accueil approprié répondant aux normes internationales.

Le texte exhorte enfin l'Arabie saoudite à cesser immédiatement toute torture et mauvais traitement en détention, et à offrir des soins mentaux et physiques appropriés à tous.

Le texte, adopté par 413 voix pour, 49 contre et 233 abstentions, sera disponible ici (08.10.2020).

SOURCE Parlement européen

Plus de: PR Newswire

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.