Tchad: La Convention pour la défense des droits de l'homme interdite d'assemblée générale

La Convention tchadienne pour la défense des droits de l'homme (CTDH) dénonce une décision de justice lui interdisant de tenir son assemblée générale extraordinaire, prévue hier samedi.

Pour Abbas Al-Hassan, secrétaire à l'encadrement et à la formation aux droits de l'Homme et membre du comité exécutif de la Convention, il s'agit d'une manœuvre pour les réduire au silence avant les échéances électorales à venir.

Dans une ordonnance, le président du tribunal de Ndjamena a ordonné la « suspension » de la rencontre, mais sur la base d'une requête « illégale » au yeux du comité exécutif de la Convention qui a tenu une conférence de presse hier samedi.

En août déjà, le secrétaire général de la CTTDH a été suspendu via une procédure similaire. Un appel est en cours.

L'Assemblée générale prévue devait se pencher sur cette question. Pour Abbas Al-Hassan, secrétaire à l'encadrement et à la formation aux droits de l'Homme et membre du comité exécutif de la Convention, il s'agit d'une manœuvre pour les réduire au silence avant les échéances électorales à venir.

« Ce sont deux anciens membres de l'organisation qui ont été exclus, qui ont intenté une action en justice, nous explique Abbas Al-Hassan joint au téléphone par Florence Morice du service Afrique de RFI.

En réalité, ils n'ont aucune qualité pour agir. Automatiquement, le président du tribunal, qui est un magistrat imposteur aux ordres du régime Déby, a pris une ordonnance.

Vous savez, la justice tchadienne est devenue le bras armé du prétendu maréchal du Tchad. Précédemment, c'est le secrétaire général de l'organisation qui avait été suspendu.

Ils cherchent tous les moyens pour nous empêcher de tenir l'assemblée générale. Ils veulent nous écarter jusqu'à la tenue des élections présidentielle et législatives. C'est une campagne qui vise à écarter notre secrétaire général et qui consiste aussi à faire disparaître notre organisation ».

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.