Afrique de l'Ouest: Transition au Mali - La Cédéao optimiste

Le President Nana Akufo-Addo élu à la présidence de la CEDEAO
12 Octobre 2020

Au cours d'une visite à Bamako, le président ghanéen Nana Akufo-Addo, président en exercice de la Cédéao, a dit avoir "bon espoir" que les autorités de transition maliennes respectent leurs engagements.

Dimanche, au cours d'une visite à Bamako, le président ghanéen Nana Akufo-Addo, président en exercice de la Cédéao, a dit avoir "bon espoir" que les autorités de transition maliennes respectent leurs engagements. Ces propos ont été tenus alors que tous les organes de la transition n'ont pas encore été mis en place. Des propos conciliant qui pourraient marquer la fin de la crise entre le Mali et la Cédéao.

"Le fait de n'avoir pas formellement mis un terme au mandat de Goodluck Jonathan donne une idée de ce qu'ils veulent", estime Ibrahima Kane.

Le chercheur en charge des questions régionales à l'Osiwa (Open society initiative for West Africa) rappelle que le médiateur de la Cédéao dans la crise malienne, le Nigérian Goodluck Jonathan, est toujours susceptible d'intervenir - même si les déclarations du président Nana Akufo-Addo marquent un rapprochement entre les deux parties :

"Ils sont quand même arrivés à ébranler un peu la junte. C'est un bon élément pour la région de savoir que l'institution régionale veille au grain, a un œil sur les militaires. Parce qu'ils disent vouloir remettre le pouvoir. Mais on sait qu'ils essaient aussi d'être le plus rusé possible."

Ruse... .

La ruse des militaires, c'est ce que redoute aussi Ali Nouhoum Diallo, ancien président de l'Assemblée nationale du Mali et du Parlement de la Cédéao.

Quant au juriste Ibrahim Ikassa Maiga, il conseille aussi la prudence. Celui-ci appartient au mouvement Espoir Mali Koura (EMK), membre du Mouvement du 5 juin qui a exigé la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta :

"Vu les hésitations, les atermoiements que nous avons vécus avec les nouvelles autorités, il faut véritablement être prudent dans notre appréciation. Ce sont les faits qui parlent plus que les mots eux-mêmes."

... et transparence des élections

Le sociologue Mohamed Amara insiste pour sa part sur l'impératif d'organiser les prochaines élections afin d'avoir au Mali un pouvoir légitimement élu :

"Maintenant, la question qui se pose et qui me parait vraiment importante, c'est la question de préparer les élections présidentielle et législatives pour qu'elles soient propres, transparentes et avec peu de contestations possible. La difficulté principale, c'est l'après-élection."

Lors de son séjour à Bamako, Nana Akufo-Addo a exhorté les autorités de la transition à finaliser le calendrier du processus électoral pour arriver aux élections présidentielle et parlementaires dans le délai indiqué, soit 18 mois. Et surtout, à dissoudre au plus vite le Comité national pour le salut du peuple (CNSP), créé le 18 août dernier après le renversement d'IBK.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.