Des experts se réunissent pour l'examen d'une nouvelle étude sur le respect des accords commerciaux préférentiels

5 Octobre 2020

Addis-Abeba — Le Centre africain pour la politique commerciale (ATPC) de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) a tenu la première réunion virtuelle d'une série de cinq réunions de groupes d'experts traitant de la recherche innovante sur les accords commerciaux préférentiels en Afrique. Le projet est réalisé en partenariat avec l'Organisation des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

Les cinq études, qui ont rassemblé des données d'enquêtes primaires et d'entretiens pratiquement au milieu de 2020, cherchent à fournir de nouvelles réponses à certains des défis critiques liés à la manière dont les commerçants africains utilisent les régimes commerciaux préférentiels en Afrique. Cela implique une recherche dédiée sur :

Le respect des accords commerciaux préférentiels : les obstacles techniques au commerce, les prescriptions sanitaires et phytosanitaires et les règles d'origine ;

Les institutions de négociation : Mettre en place les bonnes bases ;

L'utilisation préférentielle des accords commerciaux ;

Le commerce transfrontalier informel ;

Le commerce électronique dans les accords commerciaux préférentiels.

La première de ces études sur le respect des accords commerciaux préférentiels dans la région de la SADC a eu lieu ce 5 octobre. L'étude se concentre sur deux mesures non tarifaires essentielles qui doivent être respectées pour que les opérateurs du secteur privé puissent accéder aux préférences commerciales : (1) les règles d'origine (RoO) et (2) les obstacles techniques au commerce (OTC) et les mesures sanitaires et phyto-sanitaires (SPS).

Cette réunion a pratiquement réuni un petit groupe d'experts spécialement sélectionnés, notamment des bureaux de douane, des ministères du commerce, du secteur privé, des Communautés économiques régionales et des organisations internationales.

David Luke, Coordonnateur du Centre africain pour la politique commerciale, lors de ses remarques liminaires, souligne que l'objectif essentiel du projet consiste à développer une analyse qui puisse améliorer la valeur que les pays africains retirent des accords commerciaux préférentiels en Afrique.

Hermogène Nsengimana, Secrétaire général de l'Organisation africaine de normalisation, souligne l'importance de favoriser une « culture africaine des normes de qualité », afin d'assurer le commerce non seulement en dehors du continent, mais aussi à l'intérieur de celui-ci. Oswald Chinyamakobvu, Conseiller technique principal, à la Commission de l'Union africaine, souligne pour sa part dans son discours d'ouverture l'importance des règles d'origine, y compris dans la Zone de libre-échange continentale africaine.

« Un grand nombre de défis demeurent pour les entreprises pour répondre aux normes du commerce intra-africain, y compris aux problèmes d'étiquetage qui augmentent les coûts de conformité, et que ces défis sont les plus importants parmi les MPME d'Afrique », déclare Tulo Makwati, Coordonnateur du Conseil d'entreprise de la SADC.

Un élément central de la réunion du groupe d'experts consistait en un retour d'information critique et une discussion sur les résultats de la recherche. Des questions ont été soulevées et soulignées, notamment le manque de sensibilisation et de connaissances sur la manière de se conformer aux accords commerciaux préférentiels, en particulier étant donné le manque d'harmonisation de ces règles à travers l'Afrique. Le commerce africain étant conduit par les PME, il a été avancé que des efforts particuliers devaient être consentis dans ces domaines afin d'améliorer l'utilisation des accords commerciaux préférentiels. Un autre domaine critique cité concernait le sous-développement des infrastructures de qualité nationales.

L'étude intégrera les commentaires constructifs des experts, à finaliser au cours des prochains mois et développer en cours de formation en ligne pour leur utilisation dans les secteurs public et privé de la région de l'Afrique centrale.

__________________________________________________________________________

Cette réunion du groupe d'experts fait partie d'un projet plus large visant à contribuer au renforcement du commerce intra-africain et de la part de l'Afrique dans le commerce mondial grâce à des réformes commerciales inclusives, durables et favorables au développement. Soutenue financièrement par l'Union européenne, TradeCom II - Programme de renforcement des capacités commerciales des pays ACP, la CEA travaille en partenariat avec l'Institut africain de développement économique et de planification (IDEP), le Centre de formation aux politiques commerciales en Afrique (Trapca) et le Centre de droit commercial pour l'Afrique australe (Tralac) sur le renforcement des capacités et les ateliers de formation. Un accent particulier sera mis sur l'inclusion des femmes et des jeunes.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.