Algérie: Procès en appel de Ali Haddad - Poursuite de l'audition des accusés

Alger — Le procès en appel de l'homme d'affaires Ali Haddad s'est poursuivi, mardi à la Cour d'Alger, pour le troisième jour consécutif, par l'audition des anciens ministres des Transports et des Travaux publics, Amar Ghoul et Boudjemaa Talaï.

Le tribunal de première instance avait condamné Amar Ghoul à une peine de 10 de prison ferme et Talaï à 3 ans de prison ferme pour l'octroi délibéré d'indus privilèges à l'homme d'affaires Ali Haddad et abus de fonction lorsqu'ils occupaient les postes de ministres.

Lors de son audition, Amar Ghoul a affirmé que toutes les décisions qu'il avait prises en tant que responsable et ministre intervenaient en application des instructions du président de la République et des décisions du Gouvernement à l'époque, ajoutant qu'il n'avait pas été informé de quelconque dépassement dans les marchés conclus pour réaliser plusieurs projets, à l'instar de l'autoroute est-ouest ou le projet de ligne ferroviaire reliant Tlemcen à Sidi Bel Abbes et Lakhdaria à Bouira.

Interrogé sur le fait que l'entreprise du principal accusé ait remporté la majorité des marchés et appels d'offres, M. Ghoul a souligné qu'à l'époque où il était ministre des Transports et des travaux publics, sur 5000 projets recensés dans le secteur, deux seulement avaient été attribués à Haddad.

Pour sa part, Boudjemaa Talaï a nié en bloc les faits qui lui sont reprochés, soulignant qu'il ne s'agissait pas d'abus de fonction, ni d'octroi d'indus privilèges, mais de simples actes de gestion. Il a nié également s'être mêlé des affaires de gestion de l'Agence chargée de la réalisation de ladite ligne ferroviaire.

Le procès devrait se poursuivre dans l'après-midi par l'audition du principal accusé Ali Haddad, actuellement en détention à l'établissement pénitentiaire de Tazoult (Batna), et d'autres accusés (Mahdjoub Bedda et Abdelkader Kadi) poursuivis eux aussi pour "dilapidation de deniers publics, octroi d'indus privilèges et abus de fonction".

L'ancien chef du FCE Ali Haddad avait été condamné, en première instance, à une peine de 18 ans de prison ferme assortie d'une amende de 8 millions de dinars, avec confiscation de tous ses biens.

Il est poursuivi pour plusieurs chefs d'accusation, dont obtention de plusieurs privilèges immobiliers et bancaires et conclusion de marchés publics en violation de la législation en vigueur.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.