Angola: Le pays veut une prolongation des délais pour payer ses dettes

Luanda — L'Angola réduira ses dépenses et optimisera la gestion budgétaire si la demande de prolongement de délai de paiement de sa dette n'est pas acceptée par les créanciers internationaux, a déclaré mardi la ministre angolaise des Finances, Vera Daves de Sousa.

Le Club de Paris a suspendu la dette de l'Angola entre septembre et décembre de cette année (2020). Durant cette période, le pays ne paie pas de capital ni intérêt. Après la date limite, le pays disposera d'un délai d'environ trois ans pour payer la période de suspension.

Selon Vera Daves, qui a fait ces déclarations après avoir participé à un atelier sur «la reprise et la résilience post-covid-19», promu par vidéoconférence par le FMI, l'Angola négocie avec les créanciers internationaux pour reporter les délais de paiement.

La ministre des Finances a déclaré à la presse, à l'issue de la réunion terminée à 19 heures, qu'il y avait une ouverture au dialogue avec les créanciers, ce qui a été fait avec la Banque mondiale et le Club de Paris et ce dernier conduit le processus en s'entretenant avec ses membres.

Elle a également expliqué qu'il existait une coordination dans la négociation de la dette entre les principaux débiteurs africains du Club de Paris, mais a souligné qu'en plus de la prorogation de l'échéance, ils avaient besoin de plus de flux financiers dans leurs économies.

"Il y a un consensus sur le fait que le report ou la prolongation parmi les débiteurs africains est le bienvenu", a déclaré la ministre des Finances, ajoutant qu'au cours de la réunion, les intervenants n'avaient fait aucune mention de l'annulation de la dette.

Le Club de Paris est une institution informelle composée de 22 membres dont la mission est d'apporter une aide financière aux pays en difficulté économique. Leur première réunion a eu lieu en 1956, lorsque l'Argentine a accepté de rencontrer les créanciers de la ville de Paris.

La vidéoconférence a été promue par la directrice générale du FMI, Kristina Georgieva, dans le cadre des réunions annuelles de cette organisation internationale, en présence du président et directeur exécutif de Black Rock, la plus grande société américaine de gestion d'actifs au monde, Lawrence Fink, de l'envoyé spécial des Nations Unies pour Action Climatique et Finances, Mark Carney et avec la modération de Francine Lacqua, de Bloomberg.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.