Algérie: L'influente femme d'affaires «Madame Maya» condamnée pour corruption

Abdelaziz Bouteflika, ex-président algérien

Connue sous le nom de « Madame Maya », cette femme d'affaires se faisait passer pour la fille cachée de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika. Un tribunal d'Alger l'a condamnée à 12 ans de prison ferme, une amende et la saisie de ses biens pour blanchiment d'argent, trafic d'influence, dilapidation de deniers publics et transfert illicite de devises vers l'étranger.

« Madame Maya », de son vrai nom Zoulikha Nachinache, a été une femme très influente en Algérie, pendant de longues années. Une influence due à une rumeur selon laquelle elle serait la fille d'Abdelaziz Bouteflika.

Au cours de son procès, l'accusée évoque plutôt une amitié « fusionnelle » de son père aujourd'hui décédé avec l'ex-chef de l'Etat et reconnait avoir obtenu des avantages pour ses projets d'investissements par son intermédiaire.

Les médias locaux lui attribuent une très grosse fortune. En juillet 2019, trois mois après la démission d'Abdelaziz Bouteflika, chassé par la rue, une perquisition est menée au domicile de Madame Maya dans une résidence d'Etat de la banlieue huppée d'Alger. L'équivalent de 800 000 euros en dinars, ainsi que 270 000 euros, 30 000 dollars et 17 kilos de bijoux en or sont alors saisis.

Sa condamnation vient rallonger la longue liste des personnalités emprisonnées pour corruption, depuis le départ de l'ancien président il y a un an et demi. En plus de ses deux filles, trois personnalités sont condamnées dans le même procès : deux anciens ministres, et l'ancien et puissant patron de la police.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.