Cote d'Ivoire: Présidentielle - L'opposition continue à laisser planer le doute

M COULIBALY-KUIBIERT IBRAHIME, Président de la Commission Electorale Indépendante
14 Octobre 2020

L'opposition ivoirienne a une nouvelle fois laisser planer le doute sur sa participation à la présidentielle du 31 octobre en ne retirant pas auprès de la Commission électorale indépendante (CEI) ses « spécimens d'affiches et de bulletins de vote » alors que la campagne électorale s'ouvre jeudi.

« Pour nous, la CEI n'existe plus en tant qu'organe compétent chargé de l'organisation de la présidentielle », a affirmé, pour justifier l'attitude de l'opposition, Maurice Kakou Guikahué, numéro deux du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, principal parti d'opposition) dont le candidat est l'ancien président Henri Konan Bédié.

« Les représentants » de M. Bédié et de l'ancien Premier ministre Pascal Affi N'Guessan « ne se sont toujours pas présentés » pour retirer les « specimens », a expliqué le responsable de la communication de la CEI, Inza Kigbafori, mais « ils peuvent toujours venir les chercher ».

« La loi fait obligation à la CEI de délivrer dix milles spécimens de bulletins de vote et 100.000 affiches aux quatre candidats en lice pour la présidentielle » a-t-il expliqué, mais le retrait des « spécimens » n'est pas indispensable pour participer à l'élection.

Les bulletins de vote en Côte d'Ivoire sont des « bulletins uniques »: le nom de tous les candidats et leur photos figurent sur le bulletin et l'électeur coche son choix - contrairement à d'autres pays où chaque candidat a un bulletin différent.

Les bulletins servent généralement aux candidats pour montrer à leurs militants comment on vote, et les affiches sont celles qu'on pose à l'entrée des bureaux de vote.

L'opposition, qui conteste l'impartialité de la CEI et du Conseil constitutionnel, laisse planer le doute depuis quelques semaines sur un boycott du scrutin.

Le Conseil constitutionnel a rejeté le 14 septembre la candidature de l'ex-chef rebelle et ancien Premier ministre Guillaume Soro, de l'ancien président Laurent Gbagbo et de 38 autres candidats mais a validé celle du président Alassane Ouattara à un troisième mandat controversé.

Outre M. Ouattara, M. Bédié, le président du PDCI et M. Pascal Affi N'Guessan qui représente une partie du Front Populaire Ivoire (FPI, fondé par Laurent Gbagbo), Le Conseil a aussi retenu la candidature de l'ancien député Kouadio Konan Bertin dissident du PDCI.

CEI déséquilibrée

L'opposition avait suspendu le 1er octobre la participation de ses deux représentants au sein de la CEI alors que le PDCI n'a jamais envoyé de représentant.

« Aujourd'hui, il n'y a pas de représentants des partis de l'opposition. La loi créant la CEI exige une représentation équitable entre l'opposition et la majorité, ce qui n'est pas le cas », a souligné M. Guikahué.

La crainte de violences meurtrières est forte dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, dix ans après la crise post-électorale née de la présidentielle de 2010 qui avait fait 3.000 morts.

Une quinzaine de personnes sont mortes en août dans des violences survenues dans le sillage de l'annonce de la candidature du président Ouattara à un troisième mandat et des échauffourées ont eu lieu dans plusieurs localités après l'annonce du Conseil constitutionnel de la liste des candidats retenus pour le scrutin.

Elu en 2010, réélu en 2015, M. Ouattara, 78 ans, avait annoncé en mars qu'il renonçait à briguer un troisième mandat, avant de changer d'avis en août, après le décès de son dauphin désigné, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

La loi ivoirienne prévoit un maximum de deux mandats mais le Conseil constitutionnel a estimé qu'avec la nouvelle Constitution de 2016, le compteur des mandats de M. Ouattara a été remis à zéro, ce que conteste farouchement l'opposition.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.