Nigeria: La nouvelle unité de police peine à convaincre, la mobilisation se poursuit

Un manifestant se dresse au sommet d'une structure policière à Ikeja, capitale de l'État de Lagos, lors des manifestations #EndSARS le 11 octobre 2020. Ayodeji Adegoroye (@ayodeji_dodo) / Twitter

L'annonce par le gouvernement lundi d'une réforme de la police n'a pas fait faiblir le mouvement contre les violences policières. Les jeunes étaient de nouveau dans la rue ce mercredi à Lagos, à Abuja. Dans la capitale fédérale, des accrochages ont eu lieu mercredi, pour la deuxième journée consécutive. La brigade anti-braquage SARS, dans le viseur des manifestants, a été remplacée en début de semaine par une nouvelle unité tactique, baptisée SWAT. Sans convaincre les manifestants.

Pour montrer que les choses bouges, les autorités nigérianes ont diffusé la vidéo d'une entrevue entre le président Muhammadu Buhari et le gouverneur de l'État de Lagos, venu lui présenter les demandes des manifestants.

Le gouverneur Babjide Sanwo-Olu en a profité pour saluer les réformes engagées par le chef de la police nigériane : « L'inspecteur général de la police travaille pour que les policiers puissent subir des examens médicaux et psychologiques, et s'ils sont aptes, ils seront redéployés dans cette nouvelle unité SWAT. Donc tout se passe bien. »

Mais la nouvelle unité présentée par les autorités peine à convaincre. Aisha Yusuf, l'une des figures du mouvement de protestation à Abuja a appelé à la poursuite de la mobilisation. « Que le gouvernement nous soumette un plan d'exécution, avec des précisions sur ce qu'ils vont faire et à quelles échéances. Comme ça nous saurons s'ils agissent. Un calendrier ! C'est ça le plus important. »

Ce mercredi, des jeunes armés de bâtons et de couteaux ont attaqué les protestataires qui défilaient dans la capitale fédérale nigérianes et détruit plusieurs de leurs voitures.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.