Afrique: Le G20 prolonge de six mois le moratoire sur la dette des pays pauvres

Le président Paul Kagame et d'autres dirigeants africains sont rejoints par la chancelière allemande Angela Merkel lors du Pacte du G20 avec l'Afrique qui s'est tenu à Berlin, en Allemagne.

Les ministres des Finances des pays du G20 ont décidé de prolonger de six mois (jusqu'en juin) le moratoire sur le service de la dette des pays les plus pauvres. Il a déjà permis à 46 pays sur 73 éligibles de suspendre un montant global de remboursement estimé à cinq milliards de dollars. Le moratoire était attendu, même si pour le FMI et la Banque mondiale, ainsi que nombre d'ONG de lutte contre la pauvreté, ce geste est encore insuffisant au regard des besoins des pays pauvres.

La prolongation du moratoire était attendue. Mais beaucoup espéraient un geste plus fort de la part des 20 économies les plus riches de la planète. Des ONG comme One ou Oxfam réclamaient un, voire deux ans de délai de grâce.

Le G20 s'est aussi entendu pour créer « un cadre commun » à tous les créanciers privé et public afin de lancer un processus global de restructuration de la dette. Signe que des pays comme la Chine commencent à répondre aux appels pressants du FMI et de la Banque mondiale.

Principal créancier de l'Afrique et des pays en développement, la Chine rechignait jusqu'à présent à participer au mouvement global d'allègement de la dette. Quant aux créanciers privés, ils n'ont pas encore bougé d'un pouce.

Cependant, le temps presse estime la directrice France de l'ONG One, l'ancienne ministre socialiste Najat Vallaud-Belkacem. Il faut agir plus vite et plus fort selon elle. One a calculé que si rien ne bougeait dans les mois à venir, ce sont plusieurs dizaines de milliards de dollars que les pays pauvres continueraient à rembourser à leurs créanciers et qu'ils ne pourraient pas consacrer à aider leurs populations.

A La Une: Afrique

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.