La Présidente éthiopienne appelle à des systèmes statistiques africains modernes pour une politique et une prise de décision efficaces

13 Octobre 2020

Addis-Abeba — La septième réunion de la Commission de statistique pour l’Afrique (StatCom7) s’est ouverte virtuellement, ce mardi par une sonnette d’alarme de la Présidente éthiopienne, Sahle-Work Zewde à l’Afrique, lui demandant de transformer et moderniser d’urgence ses systèmes statistiques nationaux, en particulier à la lumière de la pandémie continue du nouveau coronavirus.

Dans des remarques, la Présidente Zewde souligne le besoin pour les gouvernements africains de fournir plus de soutien et de budgets afin de moderniser les Bureaux nationaux de statistique pour une planification et une prise de décision factuelles.

« La transformation des systèmes statistiques nationaux en Afrique est plus importante que jamais alors que nous luttons contre la pandémie et que nous cherchons à bâtir des systèmes plus solides et meilleurs. Par conséquent, l’accès à la technologie par les systèmes statistiques nationaux doit être promu dans tous les pays africains en vue d’accélérer la production et l’utilisation des données et des statistiques en tant que bien public », déclare-t-elle.

M me  Zewde ajoute : « Les gouvernements africains devront jouer un rôle important en allouant des budgets suffisants et durables aux Bureaux nationaux de statistique afin de leur permettre de fournir des données de qualité. Nous invitons nos partenaires de développement à soutenir les efforts des gouvernements dans la modernisation des Bureaux nationaux de statistique, ce qui inclut la numérisation ».

Elle dit que les Bureaux nationaux de statistique du continent devront fournir des données de qualité appropriées pour soutenir les initiatives continentales telles que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), l’Agenda 2063 de l’Union africaine et le Programme mondial de développement durable à l’horizon 2030 pour une planification éclairée et efficace.

La Présidente a partagé les efforts de l’Éthiopie dans la modernisation de ses systèmes statistiques nationaux.

M me  Zewde affirme que les systèmes statistiques nationaux sont devenus plus une nécessité au cours de la pandémie en raison du rôle qu’ils jouent dans la fourniture de données, de services statistiques et d’informations essentiels pour comprendre les effets et la portée de la pandémie.

« …Les producteurs de statistiques officielles doivent transformer et moderniser leurs activités afin de répondre adéquatement à ces demandes de données », ajoute-t-elle.

Pour sa part, la Secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, réitère l’appel de la Présidente visant à moderniser les systèmes statistiques de l’Afrique.

« Avec la technologie, nos Bureaux nationaux de statistique peuvent faire beaucoup plus pour améliorer la collecte des données ainsi que leur qualité. Si nous ne pouvons pas mesurer, nous ne parviendrons pas à gérer, à planifier et concevoir de politiques. À une époque où les ressources sont rares, les données sont essentielles pour concevoir et mettre en œuvre les bonnes politiques », affirme M me  Songwe.

La numérisation des systèmes statistiques nationaux de l’Afrique, dit-elle, est cruciale si le continent veut sortir des effets multiformes de la pandémie de COVID-19.

Elle souligne qu’au cours de cette Décennie d’action, la CEA et les autres institutions des Nations Unies continueront de travailler avec les États membres pour garantir que des statistiques et des données de qualité sur lesquelles ils s’accordent tous les deux soient produites au moyen de bases de données et de plates-formes communes.

Elle souligne également l’importance des recensements pour fournir des informations vitales, ajoutant que la CEA continuera de travailler avec les États membres pour redéfinir les PIB du continent afin de comprendre et aider à réformer le système de comptabilité nationale.

Le Directeur de la Division des statistiques de l’ONU, Stefan Schweinfest, pour sa part, déclare que le nouveau Coronavirus est l’occasion pour l’Afrique de moderniser ses systèmes statistiques nationaux et commencer à utiliser de nouvelles sources de données alternatives. « L’utilisation de nouvelles sources de données et de nouvelles technologies peut rendre les opérations statistiques plus rentables et fournir des résultats plus rapides et plus fréquents », dit-il.

La Présidente du Bureau du StatCom Afrique, M me  Albina Chuwa, qui est également Directrice générale du Bureau national des statistiques de la Tanzanie, souligne la nécessité de produire des données précises et d’utiliser efficacement les statistiques dans l’élaboration de politiques fondées sur des preuves.

« Nous avons besoin de chiffres pour mesurer nos processus de développement. Pour voir la croissance inclusive dont nous parlons dans l’Agenda 2030 pour le développement durable et l’Afrique que nous voulons dans l’Agenda 2063, il est essentiel que nous produisions les chiffres pour éclairer nos politiques et nos décisions », ajoute-t-elle.

Le thème de StatCom7 est : « Développer des solutions régionales pour renforcer la résilience des systèmes statistiques nationaux africains afin de répondre au besoin de données pendant la Décennie d’action dans le contexte de la pandémie de COVID-19 ».

Dans le contexte de l’Agenda 2030 et de l’Agenda 2063, la réunion sera l’occasion pour le système statistique africain de faire le point sur les initiatives mondiales en cours et de rechercher des moyens d’intégrer l’appropriation des méthodologies nouvelles et / ou actualisées visant à renforcer les capacités statistiques des États membres.

Les participants comprennent des représentants d’organisations nationales, sous-régionales, régionales et internationales, des ONG, des universités et instituts de recherche et le secteur privé.

Publié par:

Section de la communication
Commission économique pour l’Afrique
B.P. 3001
Addis-Abeba
Éthiopie
Tél : +251 11 551 5826
Email :  eca-info@un.org

Tagged:

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.