Congo-Kinshasa: Minembwe - Muzito accuse Matata mais...

15 Octobre 2020

L'érection de Minembwe en commune rurale et l'installation officielle de son bourgmestre, le 28 septembre dernier, en présence de deux membres du gouvernement, des députés nationaux, des diplomates, des officiers supérieurs des FARDC et autres, bien que suspendues sur décision du Chef de l'Etat, n'en continuent pas moins de susciter débats et commentaires. L'agitation est à son comble du côté des présumés auteurs et co-auteurs des textes ayant consacré la transformation de la localité de Minembwe en commune rurale.

Après Azarias Ruberwa, ministre de la Décentralisation et Réformes Institutionnelles, signataire avec Henri Mova, alors vice-premier ministre de l'Intérieur, qui investit médias et réseaux sociaux pour tenter de rétablir, sa « vérité historique ou juridique », c'est à présent le tour d'Adolphe Muzito, ancien Premier ministre, signataire du décret ayant donné naissance, en 2012, à plus de 300 nouvelles villes et communes, de monter au créneau.

Et le désormais président du parti politique Nouvel Elan a choisi, comme ligne de défense, le tir d'un missile en direction de son prédécesseur à la Primature, Matata Ponyo. Muzito soutient en effet n'avoir jamais, dans son Décret, cité Minembwe. C'est l'homme à la cravate rouge, insiste-t-il, qui avait au contraire accouché d'un faux Décret intégrant illégalement cette bourgade sur la liste de nouvelles communes rurales.

Et l'ancien cadre du Palu (Parti Lumumbiste Unifié) de relever que Minembwe ne remplissait pas et ne remplit pas toujours les conditions d'éligibilité au statut de commune rurale, notamment héberger au moins 20.000 habitants, être dotée d'un minimum d'infrastructures, bénéficier de l'avis favorable de l'assemblée provinciale. Persistant et signant que le Décret de Matata est réputé faux, car pris en violation des dispositions légales, Adolphe Muzito exige des poursuites judiciaires contre non seulement ce dernier, mais aussi tous ceux qui ont signé des actes juridiques et administratifs illégaux pour faire de Minembwe une commune rurale.

Les observateurs pensent qu'au-delà de ces accusations, il se pose un autre problème. C'est celui du fameux Décret de Muzito portant création de nouvelles villes et communes, dans tenir compte de leur viabilité économique. Il a, en fait, créée des entités territoriales décentralisées condamnées à vivre aux mamelles du Trésor public, car incapables de s'auto-prendre en charge.

A l'image des 26 provincettes qui crient aujourd'hui famine sur tous les toits, les nouvelles communes et villes existent sur papier, incapables de s'assumer comme entités autonomes. En 2012, la RDC qui traine encore comme des bourrelets, des villes sans infrastructures routières, sans eau et électricité et sans activités commerciales dignes de ce nom, avait-elle besoin d'accueillir de nouveaux « canards boiteux » ?

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.