Togo: L'OTE n'en peut plus de la durée des expériences et réclame une réouverture totale et sans délai

Fermés depuis le mois de mars en raison de la pandémie, bon nombre des lieux de culte sont maintenus clos suscitant la réaction l'OTE (Observatoire Togolais des Eglises) qui n'est plus disposé à attendre encore pour longtemps.

A deux reprises, les autorités ont autorisé la réouverture de certaines églises et mosquées de façon partielle pour une expérience mais l'OTE exige leur réouverture totale et sans délai.

Pour la plupart des églises et temples indépendants, la situation est devenue critique financièrement faute de quête des fidèles pour payer les loyers, l'électricité, l'eau, la sécurité, etc.

Pour les responsables de l'organisation qui ont salué les efforts de riposte contre le virus, ils demandent la réouverture pure et simple des églises à défaut de leur accorder des aides financières exceptionnelles.

« Au début de la crise, le gouvernement a lancé le programme Novissi pour accompagner la population. Jusqu'à preuve du contraire, aucun pasteur n'en a bénéficié. C'est à croire que nous nous ne sommes pas Togolais », a déploré Cyrus Badabadi, président de l'OTE en dénonçant le manque de moyens financiers de ces églises.

Par ailleurs, l'OTE désire du gouvernement, la baisse du cout de la délivrance des récépissés aux églises qui est de 150 000 à 15.000 francs CFA et d'avertir « Nous prions juste Dieu qu'ils nous écoutent et qu'ils rouvrent rapidement toutes les églises et mosquées.

Dans le cas échéant, nous allons prendre nos dispositions ; et ces dispositions vous seront communiquées au moment venu ».

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.