Sénégal: PADEF/EJ - Les acteurs sensibilisés sur les atouts et spécificités de la finance islamique

15 Octobre 2020

Les responsables du Projet d'Appui au Développement de l'Entrepreneuriat Féminin et de l'Emploi des Jeunes étaient hier, mercredi 14 octobre, dans la région de Saint-Louis où ils ont informé les acteurs et membres de groupements féminins sur le mode de financement islamique.

Le but était de les sensibiliser par rapport aux spécificités de la finance islamique en ce qui concerne leurs différentes activités. Trois catégories sont prévues par ce projet à savoir les financements à court, moyen et long termes.

Cette rencontre entre dans le cadre de la tournée d'information et de sensibilisation initiée par les responsables du Projet d'Appui au Développement de l'Entrepreneuriat Féminin et de l'Emploi des Jeunes (PADEF-EJ) et qui concerne toutes les régions du pays. Elle se déroule ainsi par axe notamment les axes Nord, Centre, Sud, Est et Dakar.

La région de Saint-Louis a été la deuxième étape de cette tournée nationale. L'atelier a été organisé en collaboration avec le CEDAF du Ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants et la Direction Régionale du Développement Communautaire.

Il s'agit en effet d'une rencontre d'information, de sensibilisation et de renforcement de capacités au bénéfice des cibles du projet et des partenaires d'exécution.

Elle vise à vulgariser la composante "Ligne de financement islamique", l'une des quatre composantes du projet et le renforcement des capacités des participants dans le domaine de la finance islamique.

Les trois autres composantes sont entre autres les Infrastructures et Services ; le Développement des chaines de valeur ; la Formation et le renforcement des capacités des parties prenantes.

Ce Projet est le résultat de l'accord de prêt signé, le 22 mai 2013 entre le Gouvernement du Sénégal et la Banque Islamique de Développement (BID), pour un coût total de 22.5 millions de dollars américain, soit environ 11 milliards de FCFA.

Il a pour ancrage le Ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants avec comme tutelle technique le Fonds National de Promotion de l'Entrepreneuriat Féminin.

Il vise à contribuer à l'amélioration des conditions de vie économique et sociale des femmes et des jeunes filles par la facilitation de l'accès au crédit, le développement des infrastructures et services d'appui à la production, des chaines de valeurs et le renforcement de capacités.

S'agissant des trois catégories de financements prévues par ledit projet, il y a les financements à courts termes qui peuvent aller jusqu'à 12 mois ; les financements à moyen termes qui peuvent aller jusqu'à 36 mois et les financements à longs termes qui peuvent aller jusqu'à 5 ans, pour reprendre les propos de Chérif Karam, responsable du volet Microfinance du Projet d'Appui au Développement de l'Entrepreneuriat Féminin et de l'Emploi des Jeunes.

Selon lui, la spécificité ou la particularité de la finance islamique comparée à la finance classique est le fait qu'elle ne donne pas de l'argent liquide mais plutôt lui achète le bien, le matériel ou l'équipement nécessaire à l'exploitation de son activité qu'il lui revend avec une marge bénéficiaire. Le projet ainsi l'inclusion financière des femmes.

Ce qui réjouit Mame Adam Kandji, secrétaire élue du Conseil départemental de Saint-Louis. "Cette mission du Projet PADEF-EJ vient à son heure car, elle offre une nouvelle opportunité aux femmes qui est la finance islamique", a-t-elle dit.

Le sentiment a été partagé par Pape Charles Ndiaye, Directeur régional du développement communautaire et de la promotion de l'équité de Saint-Louis, qui parle d'innovation tout en s'engageant à accompagner l'équipe du Projet.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.