Sénégal: Pêche dans la zone économique exclusive sénégalaise - Greenpeace Afrique invite le gouvernement à publier la liste des navires autorisés

Greenpeace Afrique a réagi au communiqué publié le 12 octobre dernier par le ministère de la Pêche et de l'Economie maritime. Ce département ministériel a rejeté les principales conclusions du récent rapport de Greenpeace Afrique intitulé « Mal de mer : pendant que l'Afrique de l'Ouest est confinée par la Covid-19, ses eaux restent ouvertes au pillage ».

Selon le communiqué de presse du ministère : « Les allégations totalement infondées contenues dans ledit rapport sont d'autant plus surprenantes, qu'à plusieurs reprises, (...) le ministère des pêches et de l'économie maritime a toujours apporté des éclairages, des précisions et des démentis, à chaque fois que cela s'imposait, à l'endroit des acteurs, de l'opinion publique nationale et internationale ».

En réponse au communiqué de presse du ministère de la Pêche, Dr Ibrahima Cisse, responsable de la campagne océans de Greenpeace Afrique, déclare que : « Le ministère en charge de la pêche n'a apporté aucun élément de réponse à la polémique en cours. Greenpeace Afrique avait déjà officiellement saisi le ministère des pêches et de l'économie maritime au sujet de ces navires étrangers à deux reprises depuis le début de l'année 2020.

Mais le ministère n'a pas jugé nécessaire de répondre à nos sollicitations. Selon M. Cissé, au lieu de rejeter la faute sur la société civile, les autorités gouvernementales devraient choisir la transparence et rendre publique la liste des navires autorisés à pêcher dans la zone économique exclusive (Zee) sénégalaise, y compris le type et la date d'attribution des licences pour lever toute équivoque.

Mieux, ajoute-t-il, le ministère devrait éclairer l'opinion publique en précisant à l'issue de quelles réunions de la Commission consultative d'attribution des licences de pêches industrielle (Ccalp) les demandes de ces bateaux, objet de la polémique, ont été examinées et les acteurs présents.

Greenpeace Afrique de rappeler qu'en 2012, Macky Sall, candidat aux élections présidentielles, a soutenu sa campagne contre les bateaux de pêche étrangers qui exploitent les stocks marins sénégalais.

«Une fois élu, il a tenu sa promesse d'arrêter ce bradage; ce qui lui a même valu le prix "Excellence in National Stewardship of the Ocean" lors de la sixième édition des Peter Benchley Ocean Awards, pour sa politiquede protection de la pêche sénégalaise. Greenpeace Afrique avait félicité le président Sall en l'exhortant à maintenir le gel des licences jusqu'à ce que des études scientifiques prouvent que les stocks de poissons dans les eaux sénégalaises se sont reconstitués », lit-on dans le document.

Dr Cisse conclu que « trouver des failles dans le système juridique pour accorder des licences aux navires lorsque les stocks sont surexploités et que les populations sont sous-alimentées est contraire à l'éthique ».

Greenpeace Afrique réitère son engagement à soutenir les femmes transformatrices de poisson, les pêcheurs artisanaux et les communautés affectées par ce pillage des ressources halieutiques et lance un nouvel appel pour la publication de la liste des navires de pêche industrielle du Sénégal, ainsi que le type et la date de délivrance des licences ; l'élimination dans la pratique de toute production de farine de poisson à partir de poisson frais, la réorientation de la capacité de transformation de la farine et de l'huile de poisson vers des produits destinés à la consommation humaine directe ; la reconnaissance professionnelle des femmes transformatrices de poissons et leur accompagnement pour qu'elles jouissent de leurs droits.

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.