Cameroun: Bois de Mardock de Ngaoundéré - Un jardin envoûtant

Cet espace de loisirs draine près de quatre millions F de recette mensuelle à la mairie de la ville à cause de son parc attractif.

En matière d'espace de loisirs dans le chef-lieu de la région de l'Adamaoua, le Bois de Mardock devient, depuis trois ans, une référence ; surtout les week-ends. Ce jardin public à l'image du Bois sainte Anastasie de Yaoundé est situé à la pénétrante Est de la ville de Ngaoundéré. Officiellement inauguré le 17 février 2020, cet espace, en plus d'être une structure de divertissement, est considéré depuis son ouverture au public comme un véritable outil de développement. Ceci parce qu'il contribue au relèvement de l'indice économique local.

Etendu sur une superficie d'une douzaine d'hectares, ce site connu également sous le nom de jardin zoologique de Ngaoundéré, comprend un hôtel de 30 chambres, trois suites et un appartement. On y trouve également un restaurant, un manège, un zoo, une salle de conférences, des étangs piscicoles, un lac artificiel avec une plage et un monument représentant le Mont Ngaoundéré. Cette initiative de Hamadou Dawa, ancien délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Ngaoundéré, aujourd'hui poursuivie par le maire de la ville Bobbo Salihou offre un bol d'air frais arrosé des parfums floraux.

D'après les responsables du site, le Bois de Mardock génère en moyenne quatre millions de F de recettes par mois. Ceci à travers le payement du droit d'accès pour tout visiteur qui s'élève à 100 F, entre autres. Une fois à l'intérieur, le visiteur dépense en fonction de ses loisirs : 500F pour l'aire de jeux par enfant, 200 F pour prendre les photos souvenirs avec des animaux tels que les dromadaires, etc. « Nous enregistrons près de 300 personnes par jour et le nombre de visiteurs augmente généralement les week-ends et les jours de fête », confie Kabirou, directeur de la structure.

Les activités qui s'y déroulent ont permis la création de nombreux emplois directs (une vingtaine) et continuent de générer des ressources financières. Mais aussi des emplois indirects. En effet, plusieurs activités génératrices de revenus ont vu le jour autour du Bois de Mardock. On peut entre autres citer les salons de coiffure, les espaces de shooting photos avec des calebasses, la vente d'objets d'art. Avec l'ouverture d'un nouvel hôtel d'une capacité de 41 chambres, les responsables de ce jardin public estime l'augmentation de sa recette mensuelle à plus de cinq millions de F.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.