Congo-Kinshasa: Nyoka Longo - «Je demande aux autorités de débaptiser une avenue du quartier Kauka au nom de Meridjo»

Parade militaire et honneur civile. Signature du Livre d'or en mémoire du grand génie créateur. Présence remarquée et remarquable des personnalités et autorités étatiques. De la morgue au cimetière en passant par l'église, l'artiste a été honoré à sa juste valeur d'une icône de la musique congolaise moderne.

Tous en noir, le dressing code renseigne les remords d'une communauté Kinoise et Liégeoise en consternation. Oui ! Jean Marie BELOBI appelée Méridjo "Machine à Kauka" était très cher pour les uns et les autres.

«Merci à la nation congolaise toute entière pour vos hommages les plus déférents à mon père. Merci particulièrement au Président de la République pour le rapatriement de sa dépouille à Kinshasa. Mais, nous aurions bien aimé que tous ces honneurs soient témoignés à mon père pendant qu'il était encore vivant », a déclaré Yves BELOBI, fils aîné de l'illustre disparu lors de l'oraison funèbre à la cathédrale Notre Dame de Kinshasa.

La musique congolaise est en deuil mais surtout, c'est le Clan Zaiko Langa Langa qui est lourdement touché par cette grande perte.

Au nom de tous les ancêtres du Clan, Jossart Nyoka Longo a remercié une fois de plus le Chef de l'Etat pour son soutien colossal. Le président de Zaiko a profité de l'occasion pour plaider auprès des autorités du pays d'attribuer le nom d'une avenue du quartier Kauka, fief natal de Méridjo dans la commune de Kalamu, afin que l'artiste reste immortel.

«Je pense que la génération future a aussi droit à une histoire authentique. Qu'il plaise au garant de la nation qu'une avenue du quartier soit débaptisée à son nom en guise de souvenir et de reconnaissance à la richesse artistique léguée à la nation congolaise et l'Afrique toute entière par mon frère et collègue Meridjo», a déclaré Nyoka Longo.

Méridjo entre dans le panthéon des arts !

Au cours de la cérémonie des obsèques officielles, ce jeudi 15 octobre 2020 au Musée National, le célèbre batteur de l'orchestre Zaiko Langa Langa a été décoré sur instruction du Chef de l'Etat par le Chancelier des Ordres nationaux à titre posthume dans l'ordre des mérites civiques des arts, lettres et sciences. C'est une reconnaissance nationale à l'artiste pour son apport distingué et glorieux dans l'histoire de la Rumba congolaise moderne.

Des personnalités du monde politique, culturel ainsi que les familles et connaissances ont été nombreux pour honorer et rendre un dernier hommage au génie créateur du rythme «Cavacha» devenu un tempo identitaire congolais sur la scène internationale.

Les membres du gouvernement central et provincial, les Sénateurs, Députés nationaux et provinciaux. Je cite: le Ministre de la Culture et des Arts, Jean Marie Lukundji, le Vice-Gouverneur de la Ville de Kinshasa...

Par ailleurs, le Président de la République se fait représenter par son Conseiller principal chargé des questions artistiques, culturelles et religieuses, Théo TSHILUMBA.

Il faut souligner que l'ensemble des funérailles de l'artiste a été totalement pris en charge par le Trésor public.

Du rapatriement de la dépouille mortelle de l'illustre disparu de Liège (Belgique) à Kinshasa, en passant par les obsèques jusqu'à son enterrement, un budget important a été alloué pour rendre un hommage vibrant à « Machine à Kauka », Meridjo- inventeur du rythme « Cavacha » dans Zaiko.

Décédé le 27 août 2020 à l'âge de 68 ans, suite à une courte maladie à Liège en Belgique, Meridjo de son vrai, Jean -Marie Belobi Ng'Ekerme, a été inhumé ce jeudi 15 Octobre 2020 à la nécropole entre Terre et Ciel.

L'auteur de la célèbre chanson 77×7 dans le répertoire mythologique de Zaiko laisse une veuve et 8 orphelins.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.