Cameroun: Kumbo - Les autorités locales autorisent les marches

16 Octobre 2020

Les populations de Kumbo ont récemment organisé une parade plutôt inédite dans les artères de leur cité. Il ne s'agit pas des marches du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto, encore moins des marches de tout autre parti politique. Non.

Avec l'onction du sous-préfet local, les membres des différentes sociétés traditionnelles, animés par l'esprit de leurs ancêtres, ont marché pour exorciser le mal. Ils ont exprimé leur volonté de voir taire les armes dans la zone anglophone du Cameroun. Kumbo a en effet payé un lourd tribut depuis le début de la crise sociopolitique du NOSO voici 4 ans.

Associer les ancêtres dans le combat

« Tout ça c'est pour invoquer les ancêtres de venir intervenir dans tout ce qui se passe ici à Kumbo. Les notables ont fait leur incantation » a expliqué Menyong Gilbert Sunday, le sous-préfet de Kumbo.

A cette occasion, le chef du village longtemps « exilé » est de retour. Le représentant de l'Etat sur place à Kumbo jubile : « J'ai toujours dit à ma population que cette crise est entre leur main. Je suis très content parce que les autorités traditionnelles ont pris les devants et j'espère que la population va suivre. » a lancé le chef de terre qui s'exprimait au téléphone jeudi sur les antennes du média gouvernemental Crtv.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.