Congo-Brazzaville: Santé - La fausse couche, un phénomène à ne pas banaliser !

Submergées par la douleur, la peur du regard des autres, beaucoup de femmes préfèrent enterrer sous le poids des tabous leur douleur et laisser leur enfant disparaitre derrière les murs des silences. L'épreuve de la fausse couche est certainement l'une des causes qui affecte le plus les femmes mais aussi leurs conjoints lorsque ceux-ci n'arrivent pas à faire le deuil. Témoignages.

« Avant d'avoir ma fille, j'ai vécu des fausses couches qui m'ont rangées pendant des mois, des moments tumultueux ou j'avais la sensation que mon corps était maudit, je me détestais presque, je me sentais inutile, le rapport avec mon corps était conflictuel, je me disais aussi que c'était de ma faute, que je n'étais pas assez prudente... », a fait savoir Jeanne la trentaine révolue qui a pu surmonter cette pente grâce au soutien de son conjoint .« j'ai eu la chance de partager ma vie avec une personne qui est présente et donc nous avons traversé ces épreuves ensemble mais ce n'est pas le cas pour beaucoup d'autres femmes qui n'ont pas ce privilège de se sentir soutenues et accompagnées » a déclaré Jeanne qui n'arrête de sourire à sa fille qu'elle porte précieusement dans ses bras.

Sujet délicat à aborder dans nos coutumes ou tout est tabou car cela rélève de la vie intime du couple et pourrait selon les coutumes apporter de nouveau la malchance d'en parler à son entourage. « Ma mère me répétait fréquemment de ne pas en parler, même pas à mes sœurs car, disait-elle, on ne connait pas le cœur de l'homme. Mais ce silence me tuait à petit feu, et mentalement je me sentais vidé, je n'étais pas bien, vu que je ne savais pas vers qui me tourner et mon mari aussi essayait tant bien que mal de faire son deuil dans son coin ».

Des grossesses qui se termineraient par des fausses couches, c'est un phénomène relativement fréquent que même le corps médical, comme les proches, ont souvent tendance à banaliser. On peut donc entendre de nos proches des phrases telles que "Tu en auras un autre !", "Cela arrive à tout le monde"... .

Pourtant, aussi commune soit-elle, chacune de ces épreuves reste un événement douloureux qui peut marquer fortement la femme, le couple mais aussi l'ensemble de la vie de famille.

C'est pourquoi il est toujours important de vider son sac comme l'a suggéré Fidelia Sangha la trentaine qui s'est sentie apaisée après avoir consulté un psychologue « même si au départ mon mari me disait que c'était des trucs de blancs mais c'est grâce à ces séances que je me sens mieux et que notre couple a eu un second souffle. Je n'ai pas encore tenté d'avoir de nouveau un enfant parce que je voudrais avant tout faire le deuil de mon fils, et puis quand je me sens mal je vais dans sa chambre et lui parle et cela me fait un bien fou », informe Fidelia.

Un choc émotionnel que l'on n'oublie pas facilement et laisse une marque indélébile puisque les larmes ne sont pas très loin lorsque les femmes racontent leur fausse couche, confie Prosperianne Peko, infirmière CSI de Kinsoudi. « Quand on est enceinte, on pense tout de suite à un bébé. Faire une fausse couche ou une grossesse extra-utérine est un évènement violent sur le mental mais aussi le physique », a indiqué la sage-femme qui pense qu'il est important de sortir la femme de l'isolement et de la mettre en confiance en la présentant des femmes qui sont passées par là, car, a ajouté l'infirmière, « la fausse couche n'est pas un drame intime, tabou et banal dont il ne faut pas parler. Au contraire il faut que la femme extériorise cette douleur, qu'elle fasse le deuil de cet enfant pour pouvoir avancer parce que si la souffrance est enfouie, refoulée, la blessure risque de se réveiller même des années plus tard et pourrait par la suite chambouler sa vie de couple ». A longuement expliqué l'infirmière.

Enfin, Fidelia Sangha qui a vu les fruits de ses séances auprès d'un psychologue insiste sur l'importance de l'écoute pour accompagner les couples en deuil, mais aussi sur celle de la parole salvatrice pour aider notamment la femme à faire son deuil et lui redonner de nouveau envie de concevoir encore.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.