Cameroun: Sécurisation du cyberespace national - Les administrations publiques parées

Durant quatre jours à Kribi, l'Antic a récemment mis à leur disposition, des techniques pour contrer les attaques cybercriminelles.

78% des administrations publiques camerounaises sont exposées aux attaques cybercriminelles. D'après l'Agence nationale des technologies de l'information et de la communication (ANTIC) qui révèle l'information, près de 68 000 vulnérabilités ont été identifiées dans les systèmes d'information des administrations publiques. Et il ressort de cette enquête que ces défaillances sont liées à 70% à l'usage des logiciels non authentiques qui, de par leur nature, contiennent généralement des backdoors rendant ainsi impossibles les mises à jour.

Pour faire face à ces failles de sécurité, l'ANTIC, en collaboration avec les centres de sécurité internationaux et les éditeurs de solutions informatiques dont Microsoft, Cisco, Wordpress et bien d'autres, reste en alerte. D'après le directeur général de l'ANTIC, Ebot Ebot Enaw, ces vulnérabilités sont regroupées dans des bulletins de sécurité personnalisés en fonction des spécificités des actifs des parcs informatiques des différentes administrations.

Du 29 septembre au 2 octobre 2020, l'Agence, dans le cadre de sa mission de sécurisation du cyberespace national, a organisé à Kribi un séminaire de formation pratique sur les techniques de déploiement et de sécurisation des applications web et de messageries. Les participants, responsables des systèmes d'information des administrations publiques, une quarantaine au total, ont donc reçu des techniques de mise en place d'un environnement web sécurisé. L'utilisation des technologies Open Source dans un système d'information, tout comme celle des messageries et des mécanismes de sécurité, étaient également au programme. Les travaux de Kribi se sont en plus penchés sur le phénomène de fausses informations menaçant l'ordre public et la sécurité de l'Etat, diffusées en masse à travers les réseaux sociaux.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.