Burkina Faso: Université Thomas-Sankara - Un temple du savoir en hommage au père de la Révolution

15 Octobre 2020

La cérémonie d'inauguration et de baptême de l'université Thomas- Sankara a eu lieu, le jeudi 15 octobre 2020, sous le haut patronage du Premier ministre, Christophe Dabiré.

L'université Ouaga II porte désormais le nom de « Université Thomas-Sankara ». La cérémonie d'inauguration et de baptême de ce temple du savoir dédié au père de la Révolution burkinabè, a eu lieu, le jeudi 15 octobre 2020, en présence des autorités politiques, de la communauté universitaire... et placée sous le haut patronage du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré.

L'Université Thomas-Sankara (UTS) est située à Gonsin, à cheval entre les communes rurales de Saaba et de Loumbila à environ 3 Km de Ouagadougou. Pour cette rentrée universitaire 2020-2021, l'UTS accueillera environ 27 000 étudiants, 176 enseignants-chercheurs et 180 agents de l'administration.

Bâtie sur une superficie de 1 890 ha, elle comporte un bâtiment administratif de type R+2, 140 bureaux pour le personnel, deux pavillons de 2 500 places chacun, un amphithéâtre jumelé de 3 300 places, une douzaine de salles de cours d'une capacité de 2000 places, deux bâtiments pédagogiques de type R+2 de 2600 places.

Elle a coûté près de 30 milliards F CFA. Selon le président de l'UTS, Pr Adjima Thiombiano, cette université a de grandes ambitions.

« Nos rêves sont si grands et si ambitieux que nous fondons l'espoir d'une renaissance des forces vives de la nation à partir de ce campus.

En effet, la science et l'intégrité seront des socles à partir desquels, nous projeterons toute la société vers son développement durable et harmonieux », a affirmé le Pr Thiombiano.

Le Premier ministre a indiqué que l'évènement exprime une aspiration plus grande que celle de fonder les bases d'une université.

« Ma joie est d'autant plus grande pour les acteurs directs de l'université qui, enfin, ont un site propre, un espace de souveraineté indispensable à la production scientifique et au déploiement de la pensée libre et expressive », s'est-il réjoui.

A l'image du père de la Révolution

Le patron de la cérémonie a indiqué que ce choix emblématique porte en lui-même des perspectives sérieuses qui engagent la communauté universitaire à des résultats dignes de ce nom, c'est-à-dire incarner les valeurs de Thomas Sankara.

« Les attentes sont énormes de la part des Burkinabè, des Africains et même d'autres citoyens du monde qui reconnaissent les idéaux de l'homme, le chemin pour la libération totale et le développement endogène des pays dits sous développés.

Sachez donc mettre vos activités en cohérence avec les principes de ce grand homme, les valeurs qu'il a défendues», a souhaité M. Dabiré.

Le même souhait a été réitéré par son ministre de l'Enseignement supé-rieur, de la Recherche scientifique et de l'Innovation, Pr Alkassoum Maïga. « Nous sommes très comblés du choix et nous demandons au personnel de cette université d'être un modèle, un exemple en matière de probité, d'intégrité.

Aux étudiants d'être honnêtes, des travailleurs intègres », a-t-il signifié aux occupants du temple du savoir. Même si ce baptême réjouit la famille Sankara, elle souhaite que justice soit rendue au père de la Révolution.

La sœur cadette de Sankara, Blandine Sankara l'a dit : « On souhaite que ce ne soit pas une université de trop. Mais que cette université prenne en compte les aspirations de la jeunesse du Burkina Faso, du continent africain », a-t-elle souhaité.

Quant à Mme Sankara, l'épouse du père de la Révolution qui n'a pas pu prendre part à la cérémonie à cause de la crise sanitaire de la COVID-19, elle a promis de visiter prochainement le site.

Cette cérémonie a été également l'occasion pour 107 promus du CAMES composés de professeurs titulaires, de maîtres de conférences, de maîtres assistants... .de porter officiellement leurs toges.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.