Burkina Faso: Journée du tirailleur africain

15 Octobre 2020

Le ministère de la Défense nationale et des Anciens combattants a commémoré la Journée du tirailleur africain, le jeudi 15 octobre 2020, à la place de la Nation à Ouagadougou.

Depuis 1857, date à laquelle le premier régiment de tirailleurs africains a été constitué, des milliers de soldats noirs se sont battus sous le drapeau du colonisateur au cours des différentes guerres.

De la Première guerre mondiale à la guerre d'Indochine en passant par la Seconde guerre mondiale, ils ont pris part aux différentes campagnes sous l'appellation de « Tirailleurs sénégalais ».

Comme il est de coutume chaque année, le Burkina Faso a marqué une halte, le jeudi 15 octobre, pour leur rendre hommage à l'occasion de la commémoration de la Journée du tirailleur africain.

Cette commémoration a été marquée par une cérémonie « sobre » à la place de la Nation de Ouagadougou au cours de laquelle une gerbe de fleurs a été déposée en mémoire de tous les anciens combattants morts pour la paix et la liberté.

« Aujourd'hui, plus qu'une simple routine, cette journée se veut un devoir de mémoire pour l'engagement et l'exemple de ces grands anciens qui ont fait preuve de bravoure dans leur contribution à la libération de la France des mains des groupes nazis », a déclaré le ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Momina Chériff Sy.

Pour lui, cette journée représente une opportunité de rendre un vibrant hommage aux devanciers. « L'Afrique a perdu beaucoup de ses vaillants fils lors des deux guerres mondiales et des différentes campagnes. Même s'il n'y a pas eu le retour estimé, il n'en demeure pas moins qu'en participant à ces grandes opérations, l'Afrique a contribué à sauver le monde », a-t-il dit.

Au-delà de la contribution militaire de ces troupes aux combats, le ministre de la Défense a noté que l'Afrique était devenue à l'époque le symbole de la légitimité et la souveraineté de la France. « Puisque la France était occupée, c'est l'Afrique de l'Oubangui-Chari à Dakar qui représentait désormais sa souveraineté », a-t-il laissé entendre.

Il a saisi l'opportunité de cette célébration pour féliciter l'Association unique des anciens combattants et militaires à la retraite pour les actions qu'elle mène à l'endroit des jeunes générations.

Il les a rassurés de la disponibilité de son département à toujours les accompagner dans la mise en œuvre de leurs activités. Bien que cette déclaration ait ravi le président de l'association, le commandant Paul Tondé, il a tout même plaidé pour l'augmentation de la pension des anciens militaires.

« Nous souhaitons qu'on augmente la pension des anciens militaires, car ils souffrent beaucoup. Ils partent très tôt à la retraite avec une pension qui ne leur permet pas de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles.

Pourtant, du fait de leur âge avancé, ils sont en proie à de nombreuses maladies dont la prise en charge nécessite pour la plupart des moyens conséquents », a-t-il indiqué.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.