Afrique: Une conférence générale des présidents de parlements pour l'annulation de la dette africaine

Dakar — Des présidents de parlements africains comptent tenir une première conférence générale, "en présentiel", à Abuja (Nigéria), début 2021, dans le cadre de l'Initiative de l'annulation de la dette africaine, a-t-on appris de source parlementaire sénégalaise.

Le président de l'Assemblée nationale du Sénégal, Moustapha Niasse, a pris part lundi dernier, "à une importante réunion, sous forme de visioconférence, consacrée au lancement officiel de cette initiative parlementaire en faveur de l'annulation de la dette africaine", indique un communiqué.

"Cette initiative s'inscrit parfaitement dans l'esprit de l'appel lancé, à cet effet, par le Chef de l'Etat, le président Macky Sall, et qui a eu un écho favorable auprès de hautes personnalités et institutions internationales", selon le communiqué de l'Assemblée nationale du Sénégal.

A la fin de la réunion consacrant le lancement officiel de cette initiative, les présidents de parlements africains "ont adopté un plan d'action et une stratégie de plaidoyer auprès des partenaires et bailleurs internationaux qui s'adosse à un engagement solennel à s'assurer, par des mesures législatives appropriées, que les ressources issues d'une annulation de la dette africaine soient orientées dans des secteurs socioéconomiques prioritaires et susceptibles d'améliorer les conditions de vie des populations", signale le texte.

Le président de l'Assemblée nationale du Sénégal Moustapha Niasse, intervenant à cette occasion, a déclaré que le lancement de cette initiative parlementaire pour l'annulation de la dette africaine "a une portée historique au moment où, avec les effets dévastatrices de la pandémie de Covid-19, le monde va devoir se remettre en cause pour trouver de nouveaux axes d'échanges mutuels, et assurer, par le dialogue, la concertation et la solidarité, plus d'équité et d'équilibre dans les relations internationales".

Pendant plusieurs semaines, mentionne le texte, à partir de début septembre 2020, des consultations ont été organisées entre les cinq régions du continent africain "pour une prise en charge du dossier de la dette africaine et de son annulation totale et définitive, au terme de négociations et de contacts avec les partenaires internationaux, sans exclusive".

Un groupe dit G7, réunissant les présidents de parlements du Nigéria, du Rwanda, d'Ethiopie, d'Afrique du Sud, du Ghana, du Kenya et du Sénégal, au niveau de leurs pays respectifs, a été amené travailler sur ce dossier, en mettant en place un groupe de travail (Working Group), ajoute la même source.

A l'initiative du Sénégal, note le communiqué, ce groupe s'est élargi au Royaume du Maroc, à l'Algérie, à la Côte d'Ivoire, au Cap-Vert, à l'Angola et à la Guinée Equatoriale, en vue "d'assurer une meilleure représentativité régionale et linguistique, dans la perspective de mobiliser, à terme, l'ensemble des présidents de parlements africains".

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.