Cote d'Ivoire: Incidents survenus avec l'équipe de reportage de la RTI - Déclaration de L'Union des journalistes de la presse libre africaine (U.J.P.L.A)

16 Octobre 2020

Déclaration de L'Union des journalistes de la presse libre africaine (U.J.P.L.A) sur les incidents survenus avec l'équipe de reportage de la RTI à la conférence de presse des présidents Henri Konan Bédié et Affi N'GUESSAN

Le jeudi 15 octobre 2020, une équipe de reportage de la première chaîne de télévision publique ivoirienne (RTI 1) aurait été priée de se retirer lors de la conférence de presse des présidents Henri Konan Bédié et Affi N'GUESSAN.

Suite à la vérification effectuée par l'Ujpla, Union des journalistes de la presse libre africaine qui lutte pour la sécurité des journalistes et pour la promotion de la Liberté de la presse en Afrique, il ressort que, selon les organisateurs, la RTI n'ayant pas été invitée, ne serait pas bienvenue à cette conférence de presse.

En conséquence, l'équipe de la Rti aurait été priée de quitter les lieux.

Interrogés par l'Ujpla, le Rédacteur en chef M. Koné Adama et la journaliste Sidonie Davila, présente sur les lieux, ont expliqué que le service de communication des organisateurs aurait dit reprocher à la RTI sa "partialité " dans le traitement de l'information et, de surcroît, qu'elle ne jouerait pas son rôle de média de service public.

Toujours, selon M. Koné Adama, avant l'incident du 15 octobre, lors du meeting de l'opposition ivoirienne au stade FHB le samedi 10 octobre 2020, la RTI aurait été refoulée du stade pour les mêmes motifs.

Pour sa part, contactée par l'Ujpla pour recueillir sa version des faits, la directrice de la communication du Pdci Rda, Mme Djenebou zongo, épouse Diomandé a expliqué à l'Ujpla qu'elle n'était pas informée que l'équipe de reportage de la RTI aurait été refoulée lors de la conférence de presse à la résidence du président Bedié.

Elle a indiqué à l'Ujpla que, vu l'urgence de la conférence de presse, aucune invitation de couverture médiatique n'avait été adressée à la presse.

De plus, soutient-elle, la journaliste Sidonie Davila aurait dit au service communication du PDCI qu'elle serait venue "prendre le pouls dans les QG des candidats à l'élection présidentielle".

L'équipe de communication du PDCI aurait, alors, répliqué que, vu que son candidat a, opté pour un boycott et donc nullement en campagne électorale, la journaliste devrait retourner à sa rédaction.

L'Ujpla appelle toutes les parties au calme et à la sérénité.

En ces périodes de compétitions politiques et électorales exacerbées, l'Ujpla voudrait d'abord appeler les journalistes au respect strict et irréprochable des règles éthiques et déontologiques de leur profession en toute légalité et responsabilité.

L'Ujpla prie, ensuite, le gouvernement et les pouvoirs publics de veiller à la sécurité de tous les journalistes, quels que soient leur bord et leur ligne éditoriale afin d'assurer et garantir la liberté de la presse, piliers essentiels de l' Etat de droit et de tout processus démocratique.

Fait à Abidjan le vendredi 16 octobre 2020

Pour l'Union des journalistes de la presse libre africaine (U.J.P.L.A)

Le président

Yao Noël

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.