Afrique: impact de Covid-19 - 115 millions de personnes vont basculer dans la pauvreté

17 Octobre 2020

L'humanité est encore loin de cerner tous les impacts du nouveau coronavirus qui est vécu comme «un double fléau» par les plus pauvres du monde. Alors que depuis plusieurs années il a été constaté que le nombre de pauvre n'augmentait plus, la pandémie de COVID-19 pourrait plonger 115 millions de personnes, les femmes étant plus exposée, dans la pauvreté cette année.

115 millions de personnes risque de basculer dans la pauvreté cette année, à cause du nouveau coronavirus. «La pandémie de COVID-19 est un double fléau pour les plus pauvres du monde. D'une part, ce sont eux qui sont le plus exposés au virus et qui ont le moins accès à des soins de santé de qualité. D'autre part, des estimations récentes montrent que la pandémie pourrait faire basculer jusqu'à 115 millions de personnes dans la pauvreté cette année, alors que le nombre de pauvres n'avait plus augmenté depuis des décennies», dixit António Guterres, le Secrétaire général de l'ONU.

Dans un message publié à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, célébrée ce samedi 17 octobre, M. Guterres souligne que «les femmes sont les plus exposées car elles risquent davantage de perdre leur emploi et sont moins susceptibles de bénéficier d'une protection sociale». Suffisant pour qu'il préconise des mesures extraordinaires, l'union des forces et la solidarité pour vaincre la pauvreté. «En ces temps extraordinaires, il faut des mesures extraordinaires pour lutter contre la pauvreté. La pandémie exige une action collective forte.

Les gouvernements doivent accélérer la transformation économique en investissant dans une reprise verte et durable. Nous avons besoin d'une nouvelle génération de programmes d'aide sociale qui couvrent également les travailleurs du secteur informel. Ce n'est qu'en unissant nos forces et en faisant cause commune que nous pourrons sortir de la situation créée par la pandémie. En cette Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, et tout au long de la pandémie de COVID-19 et au-delà, soyons solidaires des personnes qui vivent dans la pauvreté».

Pour l'ONU, «dans un monde caractérisé par un niveau sans précédent de développement économique, de moyens technologiques et de ressources financières, le fait que des millions de personnes vivent dans l'extrême pauvreté suscite une profonde indignation morale. Et comme se cela ne suffisait pas, «les personnes qui vivent dans la pauvreté doivent faire face à de nombreuses discriminations, notamment : des conditions de travail dangereuses ; des conditions de logement insalubres ; des carences en aliments nutritifs ; un accès inégal à la justice ; une absence de participation politique, et un manque d'accès aux soins de santé».

Cette année marque le 27e anniversaire de la résolution A/RES/47/196 de l'Assemblée générale des Nations Unies adoptée le 22 décembre 1992, instituant une Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté. 2020 marque également le 32e anniversaire de l'appel à l'action du Père Joseph Wresinski (1917 - 1988), fondateur du Mouvement ATD Quart Monde, à la suite duquel le 17 octobre 1987, à Paris, plus de 100 000 personnes ont exprimé la nécessité de s'unir pour éliminer la pauvreté et faire respecter les droits de l'homme, en se rassemblant autour du parvis du Trocadéro à Paris, à l'endroit où fut signée la Déclaration universelle des droits de l'homme, le 10 décembre 1948.

Le thème de cette année : «Agir ensemble pour gagner la justice sociale et environnementale pour tous». Il met l'accent sur la justice sociale et environnementale pour tous. Car, «la reconnaissance croissante de la multidimensionnalité de la pauvreté signifie que ces deux problèmes sont liées et que la justice sociale ne peut être pleinement réalisée sans corriger les injustices environnementales».

Les chiffres de la pauvreté

736 millions de personnes vivaient en-dessous du seuil international de pauvreté fixé à 1,90 dollar par jour en 2015. En 2018, près de 8 % des travailleurs et leurs familles dans le monde vivaient avec moins de 1,90 dollar par personne et par jour. La plupart des personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté sont réparties entre deux régions : l'Asie du Sud et l'Afrique subsaharienne. Les taux de pauvreté élevés se trouvent le plus souvent dans des petits pays, fragiles et touchés par des conflits armés. En 2018, environ 55% de la population mondiale bénéficiait d'au moins un type de prestation de protection sociale en espèces.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.