Algérie: 17 octobre 1961 - Pétition en France pour que ces crimes soient "reconnus crimes d'Etat"

Paris — Une pétition pour demander "l'ouverture des archives sur les évènements" du 17 octobre 1961 à Paris et pour que les massacres commis ce jour-là par la police française contre des Algériens sortis manifester pacifiquement soient "reconnus crimes d'Etat", a été lancée en France à l'occasion de la commémoration du 59ème anniversaire de ces tragiques événements.

Les premiers signataires de cette pétition dont l'historien Benjamin Stora, le vice-président du Sénat français, Pierre Laurent et la Secrétaire nationale adjointe du parti écologiste EE-LV, Sandra Regol, revendiquent également que "la date du 17 octobre 1961 soit intégrée à la liste des cérémonies officielles dans toutes les villes de France".

La pétition rappelle qu'"il y a 59 ans, une sanglante répression policière à l'encontre de manifestants pour le droit à l'indépendance de l'Algérie fit entre 200 et 300 morts" et "réclame notamment l'ouverture des archives pour que la lumière soit faite sur ces événements".

Plaçant leur action sous le slogan "17 octobre 1961-17 octobre 2020 : pour la mémoire et contre l'oubli des victimes algériennes", les initiateurs de cette pétition soulignent que "ce samedi sera le 59e anniversaire de la répression policière menée par le préfet de police Maurice Papon à l'encontre des Algériennes et des Algériens qui prirent le risque de manifester pacifiquement à Paris".

Ces derniers manifestaient "pour le droit à l'indépendance de l'Algérie et contre un couvre-feu vexatoire et discriminatoire imposé depuis douze jours d'abord aux travailleurs Algériens puis à l'ensemble des Nord-Africains", ont-ils ajouté.

Selon le texte de la pétition, "les défilés nocturnes sur les grandes artères de la capitale donnèrent lieu à des affrontements au cours desquels des policiers firent feu sur les manifestants".

Ce texte précise que "la répression policière sera meurtrière, des centaines de victimes, 200 à 300 morts. Beaucoup de manifestants algériens seront simplement jetés dans la Seine où ils moururent noyés".

"Ces événements tragiques font partie de notre histoire commune mais ils ont sciemment été effacés de notre mémoire collective. Les livres d'histoire et les manuels scolaires évoquent peu ces faits historiques mais cette sanglante répression doit être restituée afin d'écrire l'histoire dans le sens de la vérité ! La lumière doit être faite sur ces actes meurtriers !", revendique la pétition.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.