Centrafrique: Développement durable - L'ONU appelle à la solidarité des pays pauvres

« Soyez solidaires des pauvres du monde », a déclaré le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, célébrée le 17 octobre.

Selon le patron de l'ONU, la pandémie à coronavirus représente « une double crise pour des personnes les plus pauvres du monde. Tout d'abord, ce sont elles qui courent le plus grand risque d'être exposées au virus et qui ont le moins accès à des soins de santé de qualité ».

« Deuxièmement, des estimations récentes montrent que la pandémie pourrait plonger jusqu'à cent quinze millions de personnes, dans la pauvreté cette année, la première augmentation depuis des décennies. Les femmes sont les plus exposées, car elles risquent davantage de perdre leur emploi et ont moins de chances de bénéficier d'une protection sociale », a expliqué António Guterres Guterres.

Par ailleurs, le secrétaire général des Nations unies a souligné la nécessité de déployer, en ce moment, des efforts extraordinaires pour lutter contre la pauvreté. Comme la pandémie exige une action collective forte, il a appelé les gouvernements à accélérer la transformation économique en investissant « dans une reprise durable ».

En outre, les pays ont besoin d'une « nouvelle génération de programmes de protection sociale », qui couvrent également les travailleurs évoluant dans l'économie informelle. « Faire cause commune est le seul moyen de sortir de cette pandémie en toute sécurité », a déclaré le secrétaire général.

« En cette Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, soyons solidaires avec les personnes vivant dans la pauvreté, tout au long de la pandémie de Covid-19 et au-delà », a-t-il indiqué.

Cette année, le thème de la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté met l'accent sur la justice sociale et environnementale pour tous. Alors que des progrès ont été accomplis dans la lutte contre la pauvreté matérielle, les succès, selon l'ONU, ont été « plus lents dans la lutte contre les autres dimensions importantes, notamment les conséquences environnementales de plus en plus importantes ».

En effet, les personnes vivant dans l'extrême pauvreté sont souvent les plus touchées par les changements climatiques et environnementaux. Alors qu'elles agissent déjà pour résister à la misère, aujourd'hui, elles font également face aux conséquences de ces nouveaux défis. Cependant, estime l'ONU, « leurs efforts et expériences passent souvent inaperçus ; leur capacité à poser des actes positifs est ignorée et leur voix n'est pas entendue, notamment dans les instances internationales ».

L'ONU a également noté que ces personnes font face à de nombreuses discriminations, notamment : des conditions de travail dangereuses; des conditions de logement insalubres; des carences en aliments nutritifs; un accès inégal à la justice; une absence de participation politique, et un manque d'accès aux soins de santé.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.