Maroc: Le Conseil de sécurité tient des consultations sur la question du Sahara

Le Conseil de sécurité de l'ONU a tenu, mercredi, des consultations à huis clos sur la question du Sahara marocain, durant lesquelles les membres du Conseil ont réaffirmé leur plein soutien au processus politique mené sous les auspices exclusifs des Nations unies depuis 2007.

Selon des sources diplomatiques bien informées contactées par la MAP, les membres du Conseil de sécurité ont également réitéré leur appui au processus des tables rondes avec la participation du Maroc, de l'Algérie, de la Mauritanie et du Polisario, qui a créé un élan positif dans le processus onusien. Ils ont, de même, souligné que la reprise du processus des tables rondes devra se faire sur la base des progrès réalisés par l'ancien Envoyé personnel du Secrétaire général de l'ONU, Horst Köhler. A cette occasion, plusieurs pays ont soutenu l'initiative marocaine d'autonomie, dont le sérieux et la crédibilité ont été consacrés dans toutes les résolutions du Conseil de sécurité depuis sa présentation en 2007. Par ailleurs, le calme régnant au Sahara marocain, comme en atteste le Secrétaire général de l'ONU dans son dernier rapport présenté au Conseil de sécurité, a été hautement salué lors de cette réunion, durant laquelle la sous secrétaire générale de l'ONU pour l'Afrique, Bintou Keïta, et le représentant spécial du Secrétaire général pour le Sahara, Colin Stewart, ont briefé le Conseil.

Au cours de ces consultations à huis clos, les membres du Conseil de sécurité ont, par ailleurs, exprimé leur grande préoccupation quant aux milliers de violations gravissimes par le Polisario du cessez-le-feu, des accords militaires et des résolutions du Conseil de sécurité, telles que répertoriées en détail dans le dernier rapport du Secrétaire général Les membres du Conseil se sont aussi félicités du rôle de la Minurso dans la supervision du cessez-le-feu, qui constitue sonmandat principal, tel que souligné parle Secrétaire général dans son rapport.

Selon les mêmes sources, plusieurs délégations ont déploré la situation lamentable prévalant dans les camps de Tindouf, en Algérie, où les populations séquestrées subissent les pires exactions et violations de leurs droits par le mouvement armé séparatiste Polisario, au vu et au su, et avec la connivence des autorités du pays hôte, l'Algérie, qui a illégalement démissionné de ses responsabilités de protection de ces populations, ce que le Secrétaire général de l'ONU et les organes onusiens des droits de l'Homme ont fermement dénoncé dans plusieurs de leurs rapports. L'adoption de la résolution pour le renouvellement du mandat de la Minurso est prévue le 28 octobre.

Dans son rapport au Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l'ONU a recommandé son renouvellement pour une année.

Qatar, Guatemala et Papouasie-Nouvelle Guinée réitèrent leur soutien à notre intégrité territoriale

Réunion de la 4ème Commission de l'Assemblée générale de l'ONU

Le Qatar a réaffirmé, jeudi devant la 4ème Commission de l'Assemblée générale de l'ONU, son soutien à la marocanité du Sahara et à la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud, ainsi qu'à l'initiative d'autonomie comme base à toute solution réaliste à ce différend régional. "En ce qui concerne la question du Sahara marocain (... ), le Qatar exprime son appui aux efforts du Secrétaire général de l'ONU visant à aboutir à une solution politique durable et de compromis dans le cadre du processus politique mené sous les auspices des Nations unies, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, y compris la résolution 2494 d'octobre 2019, de manière à garantir la souveraineté du Royaume du Maroc" sur son territoire, a souligné devant la Commission, l'ambassadrice représentante permanente du Qatar à l'ONU, Alya Ahmed Bin Saif Al-Thani.

A cet égard, l'ambassadrice du Qatar a réaffirmé que l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc constitue "une initiative constructive et la base à toute solution réaliste à cette question". Elle a également exprimé son souhait que la résolution qui sera adoptée par la 4ème Commission puisse contribuer aux efforts visant à appuyer le processus politique et aboutir à une solution définitive à ce différend "dans l'intérêt de toutes les parties, de la sécurité et la stabilité, et de la coopération constructive dans la région". Idem pour le Guatemala qui a réaffirmé, jeudi devant la 4ème Commission de l'Assemblée générale de l'ONU, son soutien à l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara, qui constitue "une base réaliste, crédible et sérieuse" pour le règlement de ce différend régional.

"Le Guatemala réitère son soutien aux efforts du Royaume du Maroc en faveur de la recherche d'une solution politique, juste, durable, et mutuellement acceptable pour résoudre ce différend régional et considère que l'initiative d'autonomie présentée par le Royaume du Maroc en 2007 constitue une base réaliste, crédible et sérieuse pour parvenir à une solution négociée entre les parties, dans le cadre du respect de l'intégrité territoriale du Royaume du Maroc et de sa souveraineté nationale", a souligné le représentant du Guatemala à cette réunion. Le diplomate guatémaltèque a ajouté que son pays exhorte les parties à continuer à faire preuve de volonté politique et à garantir un climat propice au dialogue et à la négociation, soulignant l'importance du règlement de la question du Sahara pour "la stabilité, la paix, la sécurité et l'intégration de la région du Maghreb". La Papouasie-Nouvelle Guinée a, elle aussi, exprimé, jeudi devant la 4ème Commission de l'Assemblée générale de l'ONU, son soutien à la marocanité du Sahara et à "la louable" initiative marocaine d'autonomie, qui "favorise le réalisme et le compris pour une solution durable" au différend régional autour du Sahara marocain.

Intervenant devant la Commission, l'ambassadeur représentant permanent de la Papouasie-Nouvelle-Guinée à l'ONU, Max Hufanen Rai, a mis en exergue les réalisations, les efforts et les investissements du Maroc dans ses provinces du Sud. "Nous félicitons le Maroc pour la poursuite du renforcement du développement durable, de l'amélioration de la participation politique, de la promotion des droits de l'Homme, et de la lutte contre la Covid-19 au Sahara", a-t-il dit. Il a aussi exprimé le soutien de son pays au processus politique sous l'égide du Secrétaire général des Nations unies et de son Envoyé personnel, visant à parvenir à une solution politique, négociée, durable, et mutuellement acceptable au différend autour du Sahara marocain. "Nous encourageons le successeur de M. Köhler à construire sur cet élan important", a dit l'ambassadeur, tout en se réjouissant de la tenue des deux tables rondes de Genève "entre l'Algérie, le Maroc, la Mauritanie et le «Polisario», et nous nous félicitons de l'accord entre ces parties pour tenir une troisième table ronde".

Par ailleurs, Max Hufanen Rai a attiré l'attention de la Commission sur la tenue à Laâyoune en février dernier du 3ème Forum Maroc-Etats insulaires du Pacifique. "La déclaration de Laâyoune adoptée le 26 février 2020 lors du 3ème Forum Maroc-Etats insulaires du Pacifique a réaffirmé les principes d'égalité souveraine et d'intégrité territoriale des Etats, et dans cet esprit a reconnu la région du Sahara comme faisant partie intégrante du Royaume du Maroc", a-t-il souligné.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.