Congo-Brazzaville: Santé publique - Trois cent soixante - dix - sept nouveaux médecins prêtent serment

Trois cent soixante-dix-sept médecins congolais formés à Cuba, en Russie, en Chine, en Ukraine et au Congo dans plusieurs spécialités médicales ont officiellement prêté serment, le 17 octobre à Brazzaville, au terme d'un séminaire d'informations sur le système de santé congolais.

En présence de la ministre en charge de la Santé et de la Population, Jacqueline Lydia Mikolo et de quelques ambassadeurs, les médecins et techniciens médicaux se sont mis debout, la main droite levée de façon unanime et synchronisée, ils ont validé le contenu du serment d'Hippocrate, une règle régissant le métier de médecin.

« Je garderai le respect absolu de la vie humaine ; je n'utiliserai pas mes connaissances médicales pour enfreindre les droits de l'homme. J'exercerai ma profession avec conscience et dignité. Je considèrerai la santé de mon patient comme mon premier souci », ont-ils garanti.

Un moment certes symbolique, marquant une grande étape dans leur parcours professionnel. Il constitue également un moment crucial pour le pays qui fait face à un défi sanitaire, en cette période où sévit la pandémie du coronavirus.

Contents de regagner leur pays natal pour ceux qui reviennent de l'étranger et fiers de découvrir le monde professionnel pour ceux de la Faculté des sciences de la santé de l'Université Marien-Ngouabi de Brazzaville, tous ces médecins se sont engagés à travailler pour les Congolais. « Nous sommes très reconnaissants à l'égard de la République pour avoir tant investi pour notre formation. Nous vous rassurons de notre disponibilité d'aller servir partout où le besoin du médecin se fera sentir », a assuré Cédric Antony Ibara, formé à Cuba.

Pour sa part, la ministre de la Santé a exprimé la satisfaction du gouvernement après le retour de ces techniciens qui sont venus renforcer le corps médical national qui, selon elle, manque de cadres et autres agents capables de relever le défi que s'est assigné le pays sur le plan sanitaire.

« Notre pays est confronté au problème de disponibilité en ressources humaines à cause des départs massifs à la retraite et du phénomène d'aller se former à l'étranger aux frais de l'Etat, puis refuser de venir servir dans son pays. Sans les ressources humaines de qualité, il est dérisoire d'atteindre une meilleure offre de santé. La densité en personnel de santé n'est pas atteinte dans notre pays. Il nous manque près de dix huit mille agents de santé », a signifié la ministre, Jacqueline Lydia Mikolo.

Le séminaire à l'issue duquel ces médecins ont prêté serment a été organisé du 15 au 17 octobre à Brazzaville par le ministère de la Santé. Considéré comme un cadre d'échanges d'expériences entre les professionnels de santé congolais et ces nouveaux venus, ce moment de partage a permis à ces derniers de bien connaître le système de santé congolais avant d'y intégrer dans les tout prochains jours.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.