Sénégal: Sécurité dans le cyberespace - Le Sénégal, 5ème pays le plus attaqué en Afrique

17 Octobre 2020

Adjeoura Haikreo, enseignant et professionnel de la sécurité des systèmes d'information, a révélé, hier, que le Sénégal fait partie des pays les plus attaqués par les cybercriminels.

Le Sénégal est le cinquième pays africain le plus attaqué par les cybercriminels, a révélé, hier, Adjeoura Haikreo, Directeur général de 4Itsec-Africa. Au niveau mondial, le Sénégal se place à la 71ème place des pays les plus attaqués. L'enseignant et professionnel de la sécurité des systèmes d'information faisait une présentation sur le thème : «Cybercriminalité au Sénégal : quelles stratégies», à l'occasion de la cérémonie de lancement du programme «October Cyber». L'enseignant à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar informe que la plupart des auteurs de ces attaques se trouvent sur le territoire sénégalais. Selon lui, beaucoup de commerçants sénégalais vont à Dubaï pour acheter des ordinateurs.

De retour à Dakar, au lieu d'acheter des licences Windows pour leur installation, ils «crackent» (piratent) les machines. Cette situation fait que beaucoup de ces ordinateurs sont facilement attaquables. Ces réseaux d'attaques, renseigne Adjeoura Haikreo, sont des groupes criminels répartis un peu partout à travers le monde. Le chercheur a aussi constaté qu'il y a de plus en plus au Sénégal des mails qui sont infectés. Dans ces adresses électroniques, il y a beaucoup d'objets malveillants. À l'en croire, le phénomène des cryptovirus (logiciel malveillant qui vise à extorquer de l'argent) est aussi répandu à Dakar. Rien que pour le mois de septembre 2020, il a reçu 10 appels téléphoniques de personnes victimes de ces cryptovirus. «Il faudrait qu'on arrive à recenser toutes ces attaques pour que les responsables qui gèrent la question ne puissent pas être eux-mêmes victimes», a-t-il préconisé.

Créer une agence nationale de cybersécurité

Par ailleurs, face à la multiplication des cyberattaques, le Sénégal a lancé la Stratégie nationale de cybersécurité (Snc2022) pour protéger les usagers de l'internet. À travers cette stratégie, le Gouvernement veut, à l'horizon 2022, arriver à un «cyberespace de confiance, sécurisé et résilient pour tous». À deux ans de la date butoir, le Directeur général de 4Itsec-Africa, Adjeoura Haikreo, invite à accélérer les choses et à demander à toutes les entreprises de se conformer à cette stratégie. D'après lui, les Pme-Pmi sont les plus attaquées par les cybercriminels et malheureusement elles n'ont pas les moyens de contrer toutes ces attaques.

Pour être à l'abri, l'enseignant exhorte à créer en leur sein des directions de sécurité et des systèmes d'information ou des services y ayant trait. Les banques sont aussi victimes de ces cyberbraquages. Toutefois, il signale que la plupart d'entre elles ne signalent pas aux autorités sénégalaises ces braquages de leurs systèmes d'information. «Si elles ne fournissent pas les détails de l'attaque aux autorités compétentes, comment peuvent-elles prendre connaissance de l'ampleur ?», se demande Adjeoura Haikreo.

Ce dernier se félicite de la politique de sécurité du Sénégal qui s'est doté très tôt d'un Plan de sécurité des systèmes d'information (Pssi). Ce plan, dit-il, constitue «un document illustratif» qui peut permettre d'éviter toutes ces attaques. Toutefois, il indique qu'il faut mettre en place une commission chargée du suivi et de l'évaluation de ce plan. «La sécurité avance très vite. Il faut y aller plus vite. Pour atteindre l'objectif qu'on s'est fixé, y compris pour la cybersécurité, il faut mettre en place une commission», conseille-t-il. Même si le Sénégal dispose déjà d'une commission nationale de cybersécurité, Adjeoura Haikreo recommande aux autorités la création d'une agence nationale dans ce domaine. Cette agence, précise-t-il, aura en charge de recevoir toutes les attaques, de conseiller et d'émettre des alertes quotidiennes, hebdomadaires et mensuelles sur les menaces dans le cyberespace.

«October Cyber» lancé hier

Le Secrétaire général du ministère de l'Économie numérique et des Télécommunications, Yoro Moussa Diallo, a lancé, hier, «October Cyber» qui sera consacré à la sensibilisation des utilisateurs sur les actes cybercriminels. D'après M. Diallo, de plus en plus, les usagers sont exposés à la pédopornographie, aux actes d'hameçonnage, aux vols, aux fake news, aux cyberattaques qui visent surtout les systèmes bancaires et ceux sanitaires. Face à la recrudescence de ces actes, il informe que le Gouvernement va intensifier l'exécution des projets liés à la cybersécurité. Cette campagne de sensibilisation va plus toucher les enfants qui sont les plus vulnérables. C'est pourquoi, Mamadou Bamba Bathily, administrateur de Cyber221, invite les parents à mieux éduquer les enfants à avoir de bons comportements en ligne en évitant les publications d'informations privées.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.