Algérie: 17 octobre 1961, une marque d'infamie dans l'histoire de l'occupation française

Djelfa — Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a affirmé, samedi soir à Djelfa, que les manifestations des Algériens à Paris, le 17 octobre 1961, réprimées dans le sang par la police française, demeureront "une marque d'infamie dans l'histoire de la colonisation française".

Intervenant sur les ondes de Radio Djelfa, M. Djerad a indiqué que la date du 17 octobre 1961 constituait "une grande et importante halte dans l'histoire de l'Algérie", affirmant que cette date "nous rappelle l'extermination, pure et simple, dont ont été victimes des Algériens sortis manifester pacifiquement pour revendiquer le droit de leur pays à l'indépendance. Elles "resteront une marque d'infamie " dans l'histoire de la colonisation française, a-t-il ajouté dans ce sens.

Soulignant que ces sacrifices n'avaient pas été vains et que l'Algérie a pu, grâce à ces Chouhada et Moudjahidine, recouvrer sa souveraineté nationale et elle est, aujourd'hui, fière de ses capacités et de sa jeunesse", a ajouté M. Djerad.

Par ailleurs, et concernant les zones d'ombre, le Premier ministre a réitéré "la forte volonté politique" du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, quant à la prise en charge des populations de ces régions.

Rappelant que le Président Tebboune avait "une parfaite connaissance de la réalité algérienne", il a soutenu que "la prise en charge des zones d'ombre est au cœur des programmes stratégiques du Président de la République et du Gouvernement".

Exhortant, à ce propos, les parents d'élèves à "la vigilance préventive", le Premier ministre a plaidé pour "la poursuite de la solidarité entre citoyens en vue de la protection de nos enfants".

Lire aussi: Journée de l'émigration : Djerad se recueille à la mémoire des martyrs à Djelfa

Le Premier ministre qui a tenu à souligner que sa sortie s'inscrit dans le cadre de ses visites de travail et d'inspection et nullement dans le cadre de la campagne référendaire, a indiqué, au sujet du projet d'amendement de la Constitution que "ce document découle de la Déclaration du 1er nombre 1954, qui a jeté le fondements de l'Etat algérien moderne ".

Lire aussi: Campagne référendaire : Votez pour l'amendement constitutionnel et tracez les repères de l'Algérie nouvelle

A travers cette Constitution, le Président Tebboune vise l'édification de l'Algérie nouvelle et des institutions fortes, régies par la justice sociale, a-t-il soutenu.

Soulignant que la conjoncture actuelle impliquait d'assurer, aux jeunes, toutes les potentialités, le Premier ministre a précisé que l'objectif de l'amendement de la Constitution "est d'asseoir un Etat de droit et un équilibre entre les pouvoirs". Il vise, en outre, a-t-il ajouté à faire de l'administration un levier de soutien à l'initiative et l'investissement réel.

"La philosophie du projet d'amendement de la Constitution véhicule une véritable vision prospective et le choix de la date du 1er novembre pour la tenue du référendum porte une forte signification quant à l'impératif retour à la source de la Révolution", a conclu M. Djerad.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X