Sénégal: La culture du fonio revient à l'est grâce à la technologie

Dakar — La machine décortiqueuse de fonio a largement contribué à encourager, ces dernières années, des agriculteurs à se relancer dans la culture de cette céréale dans le Boundou, région de Tambacounda (est), après plus de 50 ans d'arrêt, a indiqué son inventeur, le chercheur sénégalais Sanoussi Diakhité.

"Aujourd'hui cette machine donne suffisamment de satisfaction sur le terrain (... ). Dans une zone comme le Boundou qui correspond aujourd'hui aux départements de Goudiry et Bakel, la culture du fonio a repris dans cette contrée-là plus de 50 ans après l'avoir abandonnée", a-t-il notamment fait savoir.

Le professeur Diakhité intervenait samedi dans une conférence virtuelle organisée à Dakar par la plateforme "Les nouvelles de Kolda", pour présenter une moissonneuse à criquets qu'il a inventé récemment.

"Les nouvelles de Kolda" est une initiative de près de 300 ressortissants de la région de Kolda (sud), évoluant dans divers secteurs d'activités, et basés un peu partout dans d'autres localités du pays, en Afrique et dans la diaspora.

Depuis le mois de juillet, elle anime tous les 15 jours une conférence virtuelle, en invitant un expert dans un domaine précis, pour discuter des voies et moyens de créer les conditions d'émergence du terroir d'origine et du pays en général.

Selon M. Diakhité, le fonio est également cultivé dans des zones qui ne le pratiquaient pas avant comme la région de Kaffrine.

La culture du fonio est en train de se relancer en Afrique, a-t-il ajouté, soulignant qu'une étude de l'USAID a montré que filière fonio a pris "un nouvel envol" avec l'avènement de sa machine.

"Tout ce regain d'intérêt-là à la culture du fonio est motivée par le fait qu'il y a une forte demande du fonio à l'international. Le fonio a des qualités nutritives extraordinaires et de plus en plus à l'extérieur, il y a une demande à être satisfaite. Dans tous les pays producteurs de fonio, les lignes bougent", a-t-il fait savoir.

L'universitaire sénégalais, revenant sur sa nouvelle moissonneuse à criquets, a assuré que la machine est non seulement efficace dans de lutte contre l'invasion acridienne mais aide à la préservation de l'environnement et procure des aliments pour la volaille et le poisson.

"Cette nouvelle invention que je viens de faire servira de moyens efficaces dans la lutter contre l'invasion des criquets, la préservation de l'environnement et la procuration d'aliments pour la volaille et le poisson", a-t-il assuré.

Le professeur Diakhité, ancien directeur général de l'Office nationale de la formation professionnelle (ONFP) dit que l'idée d'inventer cette moissonneuse à criquets est de proposer "une solution non nocive pour les cultures et plus efficace que les pesticides utilisés afin de détruire les criquets ravageurs".

"C'est une machine qui aspire les criquets et qui les entraine vers un bac de stockage après les avoir broyés. Au lieu d'utiliser les produits chimiques pour les criquets, la machine ne fait que les aspirer à l'aide d'un procédé mécanique", a expliqué M. Diakité.

Le professeur Sanoussi Diakité a, au cours de sa carrière, décrocher plusieurs "récompenses " dont le prix Rolex en 1996, le prix du grand salon africain d'invention et d'innovation en 1997 et le prix Tchao à Silicium vallée aux USA en 2008.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.