Burkina Faso: Protection de la biodiversité - « Biodev » pour freiner les menaces

18 Octobre 2020

Les acteurs de l'environnement ont officiellement lancé, le vendredi 16 octobre 2020 à Ouagadougou, le projet de facilitation, d'engagement pour la conservation de la biodiversité d'ici à 2030 (Biodev 2030).

«L'armée de l'environnement » continue son combat pour sauvegarder les espèces biologiques. Ainsi, au cours d'un atelier tenu à Ouagadougou le vendredi 16 octobre 2020, les militants de l'environnement ont présenté le projet de facilitation, d'engagement pour la conservation de la biodiversité d'ici à 2030 (Biodev 2030).

Composée de groupes consultatifs multisectoriels pour la biodiversité dans les secteurs économiques au Burkina Faso, cette rencontre vise à mettre fin à la dégradation continue de la biodiversité.

Pour le chef de programme de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), Jacques Somda, il s'agit de mutualiser les efforts pour assurer une meilleure conservation et une gestion durable des ressources naturelles.

« Le projet Biodev 2030 signifie biodiversité et développement d'ici à 2030. Financé par l'Agence française de développement, il prend en compte 16 pays africains.

Il vise à expérimenter une innovation scientifique d'engagement des acteurs à la conservation de la biodiversité », a expliqué M. Somda.

En effet, a-t-il ajouté, le projet tire la sonnette d'alarme sur les menaces qui pèsent sur l'environnement et invite les parties prenantes à la lutte (gouvernement, secteur primé, OSC) à prendre des engagements concrets pour l'intégration de la biodiversité dans les secteurs économiques.

Pour le Secrétaire permanent du Conseil national pour le développement durable (SP/CNDD), Augustin Kaboré, Biodev 2030 est un outil qui prend en compte les préoccupations actuelles pour la sauvegarde et la conservation des ressources naturelles.

Il a, à cet effet, rassuré de l'appui des structures étatiques notamment le ministère de l'Environnement, de l'Economie verte et du Changement climatique, de l'aboutissement du projet Biodev 2030.

Selon lui, il est important de bien conduire le processus multi-acteurs pour plus d'engagements en faveur de l'intégration et de la préservation de la biodiversité dans les secteurs économiques et miniers.

« Le projet Biodev 2030 innove en ce sens qu'il permet de rendre vérifiables les contributions des différents acteurs aux efforts de conservation de la biodiversité au Burkina Faso», a dit M. Kaboré.

Ce projet qui vient d'être lancé est vu par les acteurs comme un système métrique, un outil de mesure des indicateurs de rabattements des menaces et de la restauration de la biodiversité.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.