Congo-Kinshasa: Malversations financières - Transco conteste le Rapport de l'ODEP

Le Communiqué de Presse du 8 octobre 2020 du chargé de Communication de Transco signé par Jhollyno Kasanga Ngweshe a réfuté une à une les allégations portées par l'ODEP, l'Observatoire de la Dépense Publique dans son rapport d'enquête sur Transco.

Pour l'ODEP, en effet, le gouvernement de la République avait acquis les bus sans une estimation planifiée et sans avoir suivi la procédure prévue dans le cas d'espèce. Transco souligne que l'ODEP ne pouvait diffuser une telle information s'il s'était soucié de venir s'enquérir de la bonne information chez Transco. L'acquisition des véhicules de Transco s'était effectuée dans le strict respect des procédures en la matière et conformément à l'avis des experts. Le plan d'investissement prévoyait l'acquisition initiale de 500 bus et puis l'acquisition progressive de 200 bus chaque année. Transco n'a jamais dépassé le stade initial de son programme parce qu'il n'a jamais poussé son plan d'implantation dans les provinces jusqu'à sa dernière étape.

Le deuxième point soutenu par l'ODEP et facilement réfuté par Transco, est celui ayant trait à la subvention mensuelle de 900 000 dollars correspondant à 80 000 litres de carburant et lubrifiant. Affirmer que Transco continuait à toucher l'équivalent de 80 000 litres mensuellement alors que les 500 bus n'étaient plus tous en circulation relève d'une méconnaissance grave des procédures. L'ODEP n'était pas au courant de la procédure adoptée en cette matière par le gouvernement qui rend ce détournement présumé impossible. Le Gouvernement avait signé un contrat avec un distributeur des Produits pétroliers, COBIL, permettant l'implantation des stations-service dans les concessions de Transco. Les bus qui doivent entrer en service et seuls ceux-là sont ravitaillés et la consommation réelle enregistrée et facturée au Gouvernement. C'est cette consommation réelle qui est facturée au gouvernement et payée par le mécanisme de stock de sécurité. La fraude est d'autant plus difficile sur ce point que c'est une structure interinstitutionnelle comprenant la Présidence, la Primature, les ministères des Transports et des voies de communication, de l'économie et des Finances qui suivent l'exécution de ce contrat de fourniture des produits pétroliers.

Concernant les subventions d'équilibre de 730 CDF par passager que devait lui payer le gouvernement, Transco affirme que le principe avait été arrêté mais l'Etat ne s'est jamais exécuté jusqu'à ce jour. Transco a fait plusieurs plaidoyers auprès du Gouvernement sur ce sujet sans obtenir gain de cause.

L'autre point soutenu par l'ODEP est le détournement des 617 136 dollars US décaissés afin de payer les arriérés de salaires allant de novembre 2018 à février 2019. Les pièces comptables d'une telle Transaction n'existent pas dans les livres de comptes de TRANSCO. Il se pourrait que ce soit 1 030 000CDF décaissés intégralement en faveur du personnel comme primes. Les pièces comptables existent et peuvent être consultées par tous, l'ODEP Compris.

Quant aux autres allégations fantaisistes comme l'existence de caisses parallèles ou Coffre-fort chez le Directeur Financier ou encore des frais de location de bus qui prenaient la direction des poches des individus ; Transco s'inscrit en Faux contre de telles allégations.

Le détournement de 910 000 USD auprès de RAWBANK, pour financer la campagne électorale de décembre 2018 est une des élucubrations de l'ODEP. Une simple vérification à Rawbank démontrerait facilement que le retrait d'un tel montant par Transco auprès de la Rawbank n'a jamais existé. C'était des accusations sans aucun fondement sur la réalité.

Les allégations de l'ODEP ainsi désarticulées une après l'autre ne laisse aucune évidence, avait conclu le rapport, sur la véracité des faits pourtant graves avancés.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.