Centrafrique: L'opposition exige un audit du fichier électoral, l'ANE s'y oppose

Enregistrement des électeurs à Bangui, en République centrafricaine

En Centrafrique, plus de 1,84 million de personnes sont inscrites sur les listes électorales provisoires, sans compter les électeurs du nord-ouest du pays qui vont être ajoutés. Ces listes sont en train d'être affichées à travers le pays depuis le milieu de la semaine dernière, selon l'Autorité nationale des élections.

L'ANE estime donc que le processus électoral se passe comme prévu. L'opposition, elle, monte au créneau en dénonçant un fichier électoral qui manque « de crédibilité et d'intégrité ».

Les Centrafricains se pressent depuis cinq jours devant les listes électorales affichées dans les centres où ils ont été enrôlés, mais pour la Coalition de l'opposition démocratique dans ce pays, la COD 2020, ce ficher est « corrompu ».

Cette coalition aujourd'hui dirigée par l'ancien président François Bozizé annonce qu'elle a déjà saisi l'Union européenne et l'Organisation de la francophonie pour qu'elles auditent le fichier électoral centrafricain.

Son porte-parole et président du parti CRPS, Nicolas Tiangaye : « Nous faisons cette demande, parce que nous avons la preuve que des milliers d'actes de naissance ont été délivrés à des étrangers pour s'inscrire sur les listes électorales.

Et puis, aujourd'hui, avec la publication de la liste provisoire, beaucoup de gens n'ont pas vu leur nom sur la liste électorale. Donc nous voulons que les experts indépendants puissent faire un audit du serveur de l'Autorité nationale des élections pour savoir si ce fichier électoral est crédible. »

La présidente de l'ANE rappelle que l'affichage de ces listes sert justement à permettre la correction d'éventuelles erreurs et anomalies contenues dans le fichier.

Marie-Madeleine N'kouet Hoornaert estime donc inutile un tel audit : « Nous sommes allés partout pour pouvoir avoir une liste électorale assez inclusive. Qu'est-ce qu'il y a eu comme problème pour justifier un audit et un audit à deux mois et demi des élections ? Ça ne se justifie pas. »

Le processus électoral est désormais sur les bons rails, s'est-elle réjoui. L'opposition, elle, met en garde contre « une précipitation qui pourrait conduire à une crise post-électorale ».

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.