Cameroun: Nécrologie - Woungly Massaga n'est plus

A view of Yaoundé.

Souffrant depuis plusieurs mois, l'un des derniers survivants de la lutte armée pour l'indépendance du Cameroun est décédé samedi à Yaoundé.

Ngouo Woungly Massaga, dit « Commandant Kissamba », a rendu l'âme dans la matinée du 17 octobre 2020 dans une clinique à Yaoundé. Il avait 84 ans. D'après Thierry Marcel Massaga, son neveu, cette figure de proue de l'Union des populations du Cameroun (UPC) souffrait entre autres, de diabète. « Il a fait une nouvelle rechute il y a de cela trois jours. Nous l'avons conduit samedi matin dans une clinique de la place. A 11h30, il nous dit qu'il se sent très fatigué. C'est alors qu'il entre dans le coma quelques minutes plus tard avant de rendre l'âme », poursuit le neveu. Ce dernier garde le souvenir d'un traditionnaliste, un homme rigoureux prêt à tout pour défendre ses principes moraux.

C'est donc un acteur de poids dans l'histoire politique du Cameroun qui a tiré sa révérence le week-end dernier. Panafricaniste, le « Commandant Kissamba » laisse dans la mémoire de ses compagnons d'armes de l'Union des populations du Cameroun (UPC), l'image d'un révolutionnaire. Sa bataille pour l'indépendance de l'Afrique débute en 1960, lorsqu'il fait l'objet d'un arrêté d'expulsion, à la suite d'une manifestation d'étudiants africains sur les Champs-Élysées, à Paris, après l'assassinat de Patrice Lumumba. Il est alors président de l'Union nationale des étudiants du Kamerun (Unek) quand il quitte Paris pour Accra. Il devient le principal collaborateur d'Ernest Ouandié en tant que secrétaire administratif de l'UPC.

Le natif de Lolodorf dans le Sud-Cameroun se sert du vivier d'étudiants militants de l'Unek pour créer la troisième génération d'Upécistes. « Nous avions à peu près 20 ans quand nous intégrons le Manidem, puis l'UPC où nous avons été formés par Woungly Massaga », se souvient Henriette Ekwe, jeune militante d'alors. D'ailleurs, il « apparaît comme le dernier dirigeant historique de l'Union des populations du Cameroun. Car, après l'assassinat d'Ernest Ouandié, il a repris en main ce parti politique en lambeaux.

C'est ce travail fastidieux que Woungly Massaga a fait avec courage, abnégation et don de soi qui a su donner à l'UPC une nouvelle vie », affirme Anicet Ekane, président du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem). Titulaire d'un doctorat en mathématiques de l'université de la Sorbonne, Woungly Massaga sera tour à tour conseiller du président ghanéen Kwame Nkrumah en 1961 et du tout premier président de la République populaire d'Angola, Agostinho Neto, en 1975. « Woungly Massaga a marqué l'Afrique toute entière. Il a cru à l'émancipation de ce continent noir qu'il affectionnait tant », témoigne Pierre Baleguel Nkot, secrétaire général de l'Union des populations du Cameroun. Le 3 octobre 1990, Woungly Massanga démissionne de l'UPC qu'il rejoindra à nouveau en novembre 2017.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.