Cameroun: Boissons gazeuses - La bataille des limonades

Trois entreprises brassicoles de la place s'affrontent, depuis quelques jours à grands renfort de messages publicitaires, pour gagner des parts de marché avec leur boisson gazeuse aromatisée au lémon.

Dans les prochains jours, les consommateurs camerounais auront à opérer un choix entre trois boissons gazeuses au goût de limonade proposées par trois entreprises brassicoles qui ont pignon sur rue. En effet, le mercredi 14 octobre dernier, la Société anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC) a annoncé sur les réseaux sociaux l'arrivée de « Top Bitter Lemon », un nouveau produit venant agrandir la famille des boissons gazeuses offertes depuis des années par cette entreprise. Seulement, cette boisson ainsi annoncée arrive sur un marché déjà occupé par d'autres offres. Notamment Bitter Lemon de la marque Bubble Up proposée par la société Sources du pays, et Spécial limonade de l'Union camerounaise des Brasseries (UCB).

Du coup, pour marquer les esprits, le nouveau produit a décidé de faire parler de lui. Ceci via des annonces sur les réseaux sociaux, captant immédiatement l'attention des internautes, potentiels consommateurs, avec des expressions locales très prisées : « Top Bitter Limon, c'est bon le feu sort ! » Le public a à peine eu le temps d'intégrer ce message que le concurrent direct, en l'occurrence Sources du pays, déjà suffisamment ancré dans ce segment et visiblement ciblé par ce message, a réagi : « L'original, c'est l'original. Bitter Lemon Bubble Up, épicetou [et puis c'est tout] », empruntant également à des expressions populaires.

Ces joutes par publicité interposé ont ainsi animé le public durant la semaine écoulée. D'ailleurs, ces deux entreprises brassicoles sont assez coutumières de ce type d'échanges. Il y a quelques années, c'est sur les eaux minérales qu'elles s'affrontaient. Et ce ne sont pas les consommateurs, friands de faits nouveaux, d'éléments de vie, qui s'en plaignent. Surtout que dans la foulée, un troisième brasseur est entré dans la danse des mots et visuels publicitaires. UCB a cru bon de rappeler son existence dans ce segment des boissons gazeuses, en répondant aux deux autres par « Le goût n'aime pas la guerre... la limonade c'est Spécial ! », parlant d'une offre qu'elle propose depuis plusieurs années.

Pour les spécialistes du marketing, cette publicité dite comparative est de nature à faire vivre le marché. D'ailleurs, ils sont nombreux à s'en délecter et à souhaiter que d'autres secteurs emboîtent le pas aux brasseurs, pour leur donner du grain à moudre.

Toutefois, les consommateurs qui ont souhaité avoir des éléments de comparaison complète, n'en ont pas encore eu l'opportunité, notamment ceux vivant hors de Douala. A Yaoundé, seuls Bubble Up Bitter Lemon et Spécial limonade sont pour l'instant disponibles. De sources bien introduites à la SABC, Top Bitter Lemon n'est pas encore disponible partout, le produit ayant été lancé il y a quelques jours seulement à Douala. Difficile donc, pour le moment, de se faire une idée sur le plus de chacune des offres côté goût, pour ceux qui sont habitués aux deux marques déjà présentes sur le marché. Mais cela ne saurait tarder, dans la mesure où les dégustations pour le nouveau venu ont commencé. C'est alors que la bataille va se poursuivre sur les lieux de vente, bien que tout soit subjectif en matière de goût.

Pour mémoire, en 2018, le marché brassicole était contrôlé au Cameroun par la SABC, filiale du groupe français Castel, à hauteur de 75,3%. Suivaient Sources du pays avec 18,1% des parts du marché, Guiness Cameroun (3,8%) et UCB (0,9%).

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.