Angola: ISCED-Huíla installe un complexe de recherche scientifique et technologique

Lubango (Angola) — L'Institut supérieur des sciences de l'éducation (ISCED) de Huíla a commencé à travailler cette année pour installer un complexe pour la recherche scientifique et la technologie, qui pourrait commencer à fonctionner en 2021.

Le complexe est financé par le Gouvernorat de Huíla. Le projet, préparé il y a trois ans par l'ISCED, s'inscrit dans le cadre de partenariats existants avec des universités nationales et étrangères.

L'ISCED dispose d'un centre de recherche sur la biodiversité, d'un herbier et d'un musée d'ornithologie depuis 2012. En 2013, un protocole de jumelage dans le domaine de la biodiversité a été signé avec le Centre de Recherche en Biodiversité et Ressources Génétiques (CIBIO) de l'Université de Coimbra.

Cet accord a permis la création de collections biologiques qui fonctionnent comme des dépôts numériques de diversité biologique, fournissant des termes de référence pour les connaissances existantes sur les formes les plus vantées des espèces naturelles.

C'est dans cette perspective que le complexe de recherche scientifique et technologique est en cours d'installation dans l'une des infrastructures de l'ancienne gare ferroviaire du chemin de fer de Moçâmedes (CFM), selon le directeur général de l'ISCED -Huíla, José Luís Mateus Alexandre, dans une interview à L'ANGOP.

Il a précisé que le complexe comprendra un jardin botanique, un musée des sciences et technologies, des laboratoires de recherche scientifique, un herbier, une salle de recherche et de développement de l'éducation, une salle pour les expositions des collections biologiques de l'ISCED -Huíla qui représentent la flore et la faune de l'Angola.

Sans révéler la valeur de l'investissement, le gestionnaire a affirmé que ce sera un point de référence où les scientifiques angolais et étrangers avec lesquels l'ISCED -Huíla a un partenariat, revitaliseront et favoriseront la recherche scientifique et l'extension universitaire.

«Par conséquent, la science ne peut être fermée, elle doit être à la merci de l'ensemble de la société, c'est pourquoi nous nous engageons, avec le Gouvernorat de Huíla, à développer la science et la technologie et à les utiliser pour résoudre les problèmes brûlants de la société, a-t-il dit.

Outre leur utilité dans les études taxonomiques, ces immenses bibliothèques contiennent des informations sur les organismes de la terre et permettent également la reconstruction d'une mémoire écologique plus saine, dans certains cas séculaires, d'objets, de motifs et de processus naturels puisqu'elles rassemblent des données collectées sur plusieurs décennies.

L'ISCED -Huíla a été créé en 1980, à l'époque avec seulement 25 étudiants, et aujourd'hui il en compte plus de six mille, dans 14 cours de premier cycle et huit cours de maîtrise. Depuis, il a formé près de six mille diplômés et 380 masters, et s'apprête à lancer le doctorat.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.