Congo-Kinshasa: Les enseignants débutent leur mouvement de grève

En RDC, les enseignants membres du Syndicat des enseignants du Congo (SYECO) et ceux affiliés au Syndicat national des enseignants catholiques (SYNECAT) ont débuté leur mouvement de grève. Ils exigent l'amélioration de leurs conditions salariales.

Ils soupçonnent également la présence de plusieurs dizaines de milliers d'enseignants fictifs dans les listes de paie. Après des promesses faites notamment par le président de la République, la situation n'évolue pas. Ce lundi, entre les enseignants qui ont répondu favorablement à l'appel à la grève et ceux qui ont travaillé normalement, les demandes sont les mêmes.

Dix heures au lycée Bosangani, dans la commune de la Gombe. Les classes sont vides et la cour remplie d'élèves qui attendent leurs parents. Ici, les enseignants respectent le mot d'ordre de grève. Anne est venue récupérer ses deux enfants. « On a dit que c'est pour deux jours. On va voir après comment ça va évoluer. »

Un peu plus loin, à l'école primaire de la gare. Tout fonctionne normalement. Jean-Pierre enseigne depuis 1979. Les années passent et sa situation n'évolue pas. Bien au contraire. « J'ai le même salaire que celui qui vient d'être engagé. Le même salaire ! Un enfant qui arrive aujourd'hui a le même salaire que moi qui ai commencé depuis longtemps », s'insurge l'enseignant.

Aujourd'hui, avec la gratuité de l'enseignement primaire décrétée par le gouvernement, il y a plus d'élèves dans les salles de classe et le travail de Jean-Pierre devient de plus en plus difficile. « L'année passée, il y avait moins d'élèves en termes d'effectif, quelque 43 élèves. Cette année, j'en ai 70, presque le double. »

Pendant ce temps, les syndicalistes organisent un sit-in devant le cabinet du ministre de l'Enseignement primaire. « Ces deux jours s'appellent "deux jours école morte" », lance un manifestant.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.