Congo-Brazzaville: Norme congolaise de l'eau - Début de l'enquête publique

Le Congo veut se doter d'une norme de production de l'eau destinée à la consommation et l'eau embouteillée, avec le lancement le 19 octobre de l'enquête publique. Le processus d'élaboration de la norme, lancé depuis l'an dernier, devra permettre de mieux encadrer l'industrie de l'eau dans le pays et de résoudre un problème de santé.

L'enquête publique est une étape déterminante dans l'élaboration de la norme congolaise, après celles de l'étude de faisabilité, la concertation avec la filière, les travaux préparatoires et de l'étude de l'avant-projet de la norme NCGO 200-1 2020 Eau destinée à la consommation humaine et de la norme NCGO 200-2 2020 Eau embouteillée.

L'enquête censée durer 90 jours a pour objectif de recueillir les avis et commentaires des parties intéressées sur le contenu technique desdits projets de normes. Tous les avis doivent être formulés dans le support rédigé à cet effet et transmis à l'Agence congolaise de normalisation et de qualité (Aconoq) directement ou par courrier électronique. Ces courriers seront ensuite dépouillés et analysés par un comité technique avant l'adoption des normes.

En effet, l'élaboration des normes en République du Congo répond aux exigences de l'Organisation mondiale du commerce, parmi lesquelles les principes de l'indépendance du comité technique, de la transparence, de l'impartialité de ses membres et du travail en équipe. Le comité technique de normalisation est composé des pouvoirs publics, du secteur privé, de la société civile et des experts désignés par le ministère de tutelle.

D'après le directeur général de l'Aconoq, Jean Jacques Ngoko Mouyabi, les futures normes seront rendues obligatoires pour tous les industriels, y compris pour l'opérateur public La Congolaise des eaux. « L'eau produite ne doit pas porter atteinte à la santé de la population et de l'environnement. Pour cela, la norme proscrit les forages de fortune au profit des forages industriels et prévoit l'assurance qualité dans la production, le contrôle à priori et postériori, l'exigence de transport et de conditionnement », a-t- il signifié.

Enfin, l'élaboration de la norme congolaise est l'aboutissement d'un long processus ayant commencé en l'an 2000. Le gouvernement congolais avait pris l'engagement de s'arrimer à l'exigence de développement et de modernité de l'économie nationale en actant que la qualité et la norme devraient être au centre des activités socio-économiques du pays.

L'Aconoq créée en 2015 a pour entre autres missions d'assurer les travaux de normalisation, de métrologie, de certification, de promotion de la qualité, et d'évaluation de la conformité des produits et services dans tous les secteurs d'activités de production.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.