Soudan: L'Organisation Soudanaise de transparence examine les exigences de lutte contre la corruption

Khartoum — L'Organisation Soudanaise de transparence a affirmé que le Soudan est requis, pour accroitre l'indice anti-corruption de l'engagement à continuer lutter contre la corruption, de s'en tenir sérieusement à la suprématie de la loi et de promouvoir pour une transparence institutionnelle ouverte.

L'organisation a souligné dans sa page facebook l'importance de mettre en œuvre des politiques et de publier des décisions qui ne nécessitent pas d'assistance extérieure ou de soutien dans les priorités dans le domaine des réformes anti-corruption pour surmonter les défis de la lutte contre la corruption, dans le cadre de la règle de la loi et l'autonomie dans la bonne gestion des ressources du pays afin de contribuer au renforcement des valeurs d'intégrité et des principes de transparence et de systèmes de comptabilité, et de réduire la souffrance du citoyen dans ses moyens de vivres, chose qui sera reflétée positivement sur l'indice des prix au consommateur et la fourniture des biens nécessaires.

L'Organisation Soudanaise de Transparence a annoncé que la Transparence Internationale publiera à la fin de cette année ou au début de l'année prochaine son rapport annuel, connu sous le nom d'Indice de perceptions de la corruption pour 2020.

Il a souligné l'importance de l'Indice de perceptions de la corruption en tant que rapport de référence sur lequel le monde, ses gouvernements, les institutions financières, d'investissement et de bénévoles construisent leurs relations, en particulier celles économiques avec les pays, que ce soit positivement ou négativement.

L'organisation a expliqué que les raisons de la faible position du Soudan dans l'indice anti-corruption sont l'incapacité des gouvernements à surmonter les défis anti-corruption accumulés et nouvellement développés que l'Organisation Soudanaise de la transparence publie dans son rapport connu sous le nom de Système National d'Intégrité, l'absence d'une stratégie nationale de lutte contre la corruption, l'échec de la mise en place de la Commission anti-corruption et de son remplacement par des organes éloignés des normes anti-corruption, non-engagement envers la règle de la loi , l'empiètement de l'indépendance du corps législatif (parlement) et son fonctionnement à travers de la majorité partisane mécanique, et son absence à l'heure actuelle, l'absence de la Cour constitutionnelle, et se produit ainsi la violation du processus de justice et les tentatives de politiser et d'envahir l'indépendance, les pouvoirs et les fonctions de l'autorité judiciaire et du procureur général, les organes judiciaires et d'observation par le pouvoir exécutif.

L'organisation a déclaré que les raisons comprennent également l'absence de rapports de la Chambre nationale d'audit et d'autres organes de supervision , et par la suite le manque de disponibilité de leurs rapports à la communauté, l'existence du nom du Soudan dans la liste des pays parrainant le terrorisme couplé avec la continuation des sanctions économiques et technologiques américaines qui violent les droits de l'homme fondamentaux, l'absence de loi pour protéger les plaignants, en plus de l'indice élevé des prix au consommateur et de l'inflation.

Plus de: SNA

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.