Cote d'Ivoire: Déchu par les gardiens de la tradition,Amon Tanoh reçoit le soutien de Bédié

Une délégation de haut niveau du Pdci conduite par son vice-président Gaston Ouassenan Koné a rendu visite le samedi 17 octobre 2020 à l'ex-ministre des affaires étrangères Marcel Amon Tanoh pour lui apporter « son soutien et son encouragement «suite à sa déchéance morale » et coutumière par la notabilité du sud-Comoé.

Marcel Amon Tanoh a exprimé sa gratitude à la délégation. Il a fait la précision suivante concernant la notabilité qui a procédé à sa déchéance : «Mesdames et messieurs les ministres, messieurs les vice-présidents, je vous dis merci beaucoup.

Le roi du Sanwi m'a appelé hier, c'est-à-dire le chef du royaume. Moi, je suis du Sanwi, Ezan Akélé est là, même quand on prend ceux qui ont parlé, ils sont tous déchus par le roi.

Ce sont des gens qui ne sont pas aujourd'hui en fonction, les prétendus chefs de cantons y compris le chef du canton qui intronise le roi du Sanwi.

Parce que c'est un chef de canton qui intronise le roi du Sanwi. Le député-maire d'Aboisso est là . Et pour moi, c'est significatif que le député-maire d'Aboisso fasse partie de la délégation ».

Poursuivant, il a déclaré qu'il ne trahira pas de secrets sur le chef de l'État . « La Côte d'Ivoire des valeurs doit être au centre de nos préoccupations. Je ne réponds jamais aux attaques. Je suis en politique depuis 40 ans, je n'ai jamais répondu à une attaque.

Je n'attaque pas, je ne réponds pas. Mais, j'ai le droit de porter un jugement sur les hommes politiques dans l'exercice de leurs fonctions surtout sur un élu pour lequel j'ai voté. Et c'est ce que j'ai fait. Mais je n'attaque jamais la personne.

Ça, c'est la première chose. La deuxième chose, je ne dévoile jamais de secrets. C'est un principe. Quand tu as connu des secrets dans la confiance, ce n'est pas parce que l'environnement change que tu dois trahir.

Je ne trahirai pas les secrets. Hier (vendredi 16 octobre ) , j'ai rencontré le président Bédié à midi à ma demande, parce que je le vois régulièrement pour faire le point, pour prendre des conseils, pour échanger.

Donc, hier, je l'ai rencontré, nous avons parlé. Il était outré par ce qui s'est passé. Mais, je l'ai rassuré sur mon état d'esprit », a-t-il déclaré.

Pourtant Amon Tanoh avait promis de faire des révélations sur ses relations passées avec le président Alassane Ouattara. Il avait promis comme on le dit dans le jargon ivoirien "casser les papos" (Dévoiler des secrets ).

Il disait être prêt à mourir à cet effet . Disant avoir été le plus proche et le plus régulier des intermédiaires entre les présidents Ouattara et Bédié , l'ex ministre des Affaires étrangères avait dit savoir qui n'avait pas respecté les engagements, et avait dit que le temps de parler viendrait.

Qu'est ce qui s'est passé pour qu'il change de décision ? La sanction que lui a infligée la notabilité du sud Comoé n'est-elle pas pour quelque chose dans ce revirement ?

Lors de son intervention au stade Félix Houphouët Boigny le samedi 10 octobre 2020, Amon Tanoh avait dit : « Celui qui a fait le va et vient entre les deux (Ouattara et Bédié) ces dernières années, c'est votre serviteur.

S'il y a quelqu'un qui sait ce qu'ils se sont dit de 2011 à 2019 , c'est votre serviteur. Mais le temps de parler viendra.

Ce que je peux vous dire aujourd'hui, c'est que celui qui n'a pas tenu ses engagements je le connais. Celui qui n'a pas tenu ses engagements, je le connais ».

Les ivoiriens sauront-ils un jour la vérité , vu que le sachant Marcel Amon Tanoh a décidé de se réfugier désormais derrière l'obligation de réserve, suite à la sortie de chefs coutumiers pourtant déchus et illégitimes ?

Qui vivra verra ...

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.