Congo-Kinshasa: Cour constitutionnelle - Les hauts magistrats nommés prêteront serment ce mercredi

Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Cours Constitutionnelle de la RDC

Le chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, va recevoir ce serment malgré les réactions de certains cadres du Front commun du Congo (FCC), qui ne désarment pas face aux avancées réalisées dans ce dossier.

La présidence de la République a émis des invitations pour la cérémonie de prestation de serment des trois magistrats nommés récemment à la Cour constitutionnelle. Bien que cette nomination suscite une polémique au sein de la classe politique, le programme établi indique que la cérémonie aura lieu le mercredi 21 octobre à 11 heures, au siège du Parlement congolais, le Palais du peuple.

En plus des députés nationaux et sénateurs, le protocole d'Etat attend, à cette cérémonie, les membres du gouvernement, des officiers généraux de l'armée et de la police nationale ainsi que plusieurs autres invités dont les gouverneurs des provinces, les présidents des Assemblées provinciales, les membres des cours et tribunaux, les membres du gouvernement, ceux des institutions d'appui à la démocratie, etc., sans oublier les militants des partis politiques membres de la coalition au pouvoir, FCC-Cap pour le changement ainsi que leurs alliés.

Le PPRD ne désarme pas

Alors que Félix Tshisekedi a « du mal à imaginer que des réformes opérées dans le secteur de la justice soient assimilées à un casus belli », de son côté, le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), le parti phare du FCC, n'est pas prêt à faciliter la tâche à Félix Tshisekedi, dans ce processus de prestation de serment des juges constitutionnels. Cette formation politique, qui ne veut pas lâcher prise, pense dissuader le Premier ministre Ilunga Ilunkamba, sorti de ses rangs, qui a été chargé par le président de la République de prendre toutes les dispositions pour l'organisation correcte de la cérémonie de cette prestation de serment. « Nous, son parti politique, nous l'encourageons à s'abstenir en vertu de l'article 28 de la Constitution qui dit que nul n'est contraint à exécuter un ordre illégal. C'est un ordre illégal tout simplement », a dit le secrétaire permanent adjoint du PPRD, Ferdinand Kambere, sur les ondes de Top Congo FM.

Il est noté que les présidents des deux chambres du Parlement, Jeanine Mabunda et Alexis Thambwe Mwamba, tous membres du FCC, précédemment reçus par le président de la République, avaient réitéré la position de leur plate-forme politique. Mais, tout en exprimant leur attachement aux textes de loi, les deux personnalités se sont engagés à poursuivre la réflexion dans l'optique de rechercher des solutions idoines et respectueuses de la Constitution ainsi que des lois et règlements nationaux pour la sauvegarde des acquis démocratiques nés de l'alternance politique historique. Il est également rappelé que, de son côté, Félix Tshisekedi est appuyé par tous les siens ainsi que par le procureur général près de la Cour constitutionnelle par intérim, Jean-Paul Mukolo Mpolesha, qui a indiqué que « toutes les procédures suivies sont légales ».

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.