Guinée: Présidentielle - Le vote s'est déroulé dans le calme

Le peuple guinéen était appelé aux urnes le 18 octobre pour élire le futur président de la République. Douze candidats sont en lice, dont le président sortant, Alpha Condé qui brigue un troisième mandat.

Globalement, le scrutin s'est déroulé dans le calme sur l'ensemble du territoire national. Alpha Condé a souhaité que, « l'élection soit libre, démocratique, transparente et que tout se passe dans la paix et la tranquillité. La Guinée ne peut pas se développer s'il n'y a pas de paix, de sécurité et d'unité ».

L'actuel président a en face de lui onze candidats dont son éternel rival Cellou Dalein Diallo. La campagne électorale s'est tenue dans un climat de tension, exacerbée par des discours guerriers à relent ethnique. Face au risque de violences postélectorales, le chef de l'Etat sortant a appelé les candidats à faire preuve de responsabilité.

« Nous appelons tous les candidats à éviter la violence. Si certains veulent perturber, je pense que l'opinion nationale et internationale sera largement informée. Nous souhaitons que le peuple de Guinée puisse exprimer librement son choix sans aucune interférence », a-t-il lancé.

Cellou Dalein Diallo qui a voté dans la proche banlieue de Conakry a affiché un optimisme quant à sa victoire. « Il n'y a pas de doute, même dans le camp d'en face, sur ma victoire », a déclaré le leader de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG). Même s'il a appelé à la retenue, l'opposant a averti qu'il résistera à la fraude.

« Je lance un appel à tous mes partisans, de faire preuve de retenue, pour que ce scrutin se passe dans les meilleures conditions. Je n'ai aucun doute quant à l'issue de ce scrutin. C'est pourquoi je ne souhaite pas que des violences viennent perturber le scrutin et compromettre dans une certaine mesure ma victoire », a-t-il déclaré.

Le fait marquant de ce scrutin concerne la candidate Makalé Camara, ancienne ministre des Affaires étrangères qui n'a pas pu voter, faute de carte d'électeur.

Si la campagne a connu des violences ayant entrainé des victimes, les Guinéens ont connu une journée électorale calme de manière globale. Les résultats sont attendus dans trois jours, mais beaucoup craignent des troubles postélectoraux. Un possible second tour est prévu le 24 novembre.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.