Angola: L'Exécutif priorise la formation continue des professionnels de la santé

Luanda — L'Exécutif angolais donne la priorité à la mise en oeuvre de politiques qui garantissent la formation continue des professionnels de la santé, facilitant leur participation à la résolution des problèmes qui affectent la société, a déclaré lundi la ministre de la Santé, Sílvia Lutucuta.

S'exprimant lors de la cérémonie d'ouverture des cours de spécialisation post-moyen en santé, Sílvia Lutucuta a souligné que la formation permettra d'améliorer la qualité de la gestion et la fourniture de services à tous les niveaux et sur tout le territoire national.

S'adressant aux plus de 50 techniciens qui seront formés en orthèses, instrumentation, soins intensifs, anesthésie et réanimation, la ministre a indiqué que cette formation s'inscrit dans la dynamique du ministère de fournir des soins de santé différenciés aux populations, afin d'assurer la portée de la couverture universelle, dont l'objectif est de ne laisser personne de côté, vers la construction d'un Angola sain.

La formation s'inscrit dans la réalisation des objectifs définis dans le Plan National de Développement Sanitaire 2012-2025 (PNDS), aligné sur le Plan National de Développement (PDN) 2018-2022.

Concernant le cours d'orthèse, elle a dit qu'il s'agissait d'une nouvelle expérience insérée dans le programme de formation des techniciens post-médias, dont l'objectif est d'assurer la production, l'entretien, l'orientation de l'utilisation de la prothèse en vue de la rééducation physique des enfants, des jeunes et les adultes.

Selon la ministre, l'Angola a besoin de jeunes professionnels, motivés, dévoués, dotés de connaissances et de compétences.

Elle a souligné que le secteur social et la santé en particulier sont présentés comme une priorité par l'Exécutif, car c'est un axe stratégique et fondamental pour la réduction de la pauvreté et la construction d'une nation progressiste et de plus en plus démocratique.

Selon la ministre, le plus grand défi actuel pour offrir une meilleure santé est lié à des ressources humaines formées et en nombre suffisant pour couvrir adéquatement le service national de santé.

«L'attention que j'accorde à la formation des professionnels de santé produite par nos établissements est bien connue. Ces professionnels jouent un rôle déterminant dans l'amélioration de l'accès à des services de santé de qualité, des indicateurs de santé, l'augmentation de l'espérance de vie et l'augmentation de l'indice de développement humain », a-t-elle souligné.

Sílvia Lutucuta a rappelé qu'en 2018, parmi 22 instituts techniques de santé en activité, seuls ceux de Benguela, Luanda, Huíla et Malanje ont suivi une formation post-moyen dans sept spécialités, ayant formé 107 sages-femmes, 70 techniciens pédiatriques, 42 en anesthésie et réanimation, 29 en instrumentation, 12 en réanimation et neuf en néphrologie.

Les cours post-moyens permettent une augmentation des connaissances théoriques et pratiques, avec une plus grande prédominance pour le «savoir faire».

Ils donnent également la certification qui permet au technicien de progresser dans sa carrière grâce à des concours de promotion.

Des professionnels des provinces de Luanda, Lunda Sul, Lunda Norte, Cuando Cubango, Moxico, Uíge, Cuanza Sul, Zaïre, Cunene et Bié participent à cette formation.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.