Cameroun: La réaction des jeunes de la Lékié

Un meeting présidé par le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières, Henri Eyebe Ayissi, dimanche à Obala.

Les jeunes de la Lékié se sont retrouvés à la place des fêtes d'Obala, le dimanche 20 septembre pour une concertation. Le but était d'exprimer leur attachement non seulement aux institutions de la République mais également au chef de l'Etat qui les incarne. En provenance des neuf arrondissements du département de la Lékié, ils ont arboré des t-shirt sur lesquels on pouvait lire : « Ne touchez pas à notre cher président Paul Biya, il est le président de tous les Camerounais ». Le ministre Henri Eyebe Ayissi, parrain institutionnel de cette rencontre, se dit heureux d'être l'initiateur de cet événement. « Ils ont fait une déclaration dans laquelle ils s'engagent précisément à dire non aux appels à l'insurrection. Ils sont dans la continuité des réponses positives aux appels du président de la République à bâtir un Cameroun uni, dans la paix et la consolidation de la pratique du vivre ensemble », a-t-il laissé entendre.

Dans sa déclaration justement, la jeunesse militante du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) du département de la Lékié et des partis alliés « condamne avec fermeté et sans réserve, les mots d'ordre visant à déstabiliser l'ordre républicain national ; appelle la jeunesse camerounaise en général, celle du département de la Lékié en particulier, à ne point prêter la moindre attention à ces initiatives irresponsables, insensées et mal-inspirées et réitère au président de la République, chef de l'Etat, son soutien total, indéfectible et inconditionnel ».

Pour élargir le spectre de leur message au niveau national, ils ont invité, entre autres, le président national de l'Organisation des jeunes (Ojrdpc), Essomba Asse Auguste. Ce dernier a lancé un vibrant appel à la jeunesse camerounaise à faire preuve de responsabilité : « Les jeunes doivent retenir qu'il est irresponsable de détruire son pays ». L'on a également noté la présence des membres des autres partis politiques tels que l'Undp et le FDC. La rencontre d'Obala s'inscrit dans une logique de réaction à l'appel à l'insurrection et au renversement des institutions de la République lancé par certains responsables d'un parti politique.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.